3858

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 04 janvier 2010
Sa note : 13/20

LINE UP

-Pär Palm
(chant)

-Saul Camara
(guitare)

-Martin Fogander
(guitare)

-Jack Karlsson
(basse)

-Linus Melchiorsen
(batterie)

TRACKLIST

1)Ashes to Ashes
2)Bleed
3)Blind Leading Blind
4)Breaking Silence
5)Enemy
6)Infected
7)Our Daily Bread
8)Passing Through
9)Raised in Anger
10)Taker of Innocence
11)Wounds

DISCOGRAPHIE


Los Sin Nombre - Blind Leading Blind



«-Bon on n’a toujours pas de nom pour le groupe… Jack t’as pas une idée?
-Euh.. ben justement si on s’appelait Les Sans Nom ? C’est original, non ?
-C’est moisi tu veux dire ! Y a vraiment qu’un bassiste pour avoir des idées pareilles…
-Ou alors dans une autre langue ? En espagnol par exemple !
-Ah oui ! Los Sin Nombre ça le fait non ?
-Yeah ! Il reste des bières ?
»


Cette conversation traduite du Suédois par votre serviteur (et oui à force de jouer et de chroniquer du death metal suédois je parle la langue couramment…) a peut être vraiment été tenue par les membres de ce groupe suédois. A moins que ceux-ci n’aient été inspirés par le film espagnol du même nom (traduit par La Secte Sans Nom chez nous), une sombre histoire bien glauque de secte néo-nazie tueuse d’enfants (il faut au moins ça). Toujours est-il que le groupe existe depuis 2002 et que ce Blind Leading Blind est son premier album. Autant le dire tout de suite : l’exotisme du nom du groupe ne se retrouve pas dans sa musique. A ce niveau là aucune surprise, c’est bien à un groupe suédois que nous avons affaire, un groupe qui pratique du… et oui, du melodeath suédois. Enfin pour être tout à fait précis, la musique proposée par Los Sin Nombre se situe dans la mouvance « moderne » du death mélodique, à la frontière du metalcore, dans la lignée de ce que proposent In Flames ou encore Soilwork actuellement.

Le début de l’album sonne ainsi très moderne, très américain. Pas ou peu de mélodies de guitares harmonisées, les solos de guitare se font très rares (il faut attendre "Breaking Silence"). En revanche si les refrains sont plus mélodiques, ils ne sont pas chantés en voix claire ce qui est un soulagement. Le chant de Pär Palm reste presque constamment dans un registre hurlé à la Trevor Phipps (Unearth) plutôt convaincant mais linéaire, ne variant que sur certains breaks ou passages plus calmes, voire atmosphériques, sur lesquels il pratique une sorte de chant clair parlé ou susurré ("Enemy", très In Flames moderne). Mais après l’interlude sombre et atmosphérique "Passing Through", le côté melodeath semble prendre le dessus sur le metalcore (tout ceci est très subtil, vous en conviendrez). "Raised in Anger" sonne comme un morceau de l’album Soundtrack To Your Escape d’In Flames (encore eux), que ce soit dans les riffs, le chant, le refrain…, tout comme "Taker of innocence" et son solo de guitare typique. L’album se termine sur un "Wounds" qui se démarque par ses passages soft et ses arpèges tendus sur lesquels Pär Palm hurle pourtant comme un damné. Le résultat est à la fois efficace et original.


Blind Leading Blind est le genre d’album quelque peu difficile à noter. Lors des premières écoutes le manque d’originalité est ce qui ressort le plus et cela ne donne pas envie d’être indulgent avec ce qui n’est pas loin d’être un clone de certains groupes actuels. Pourtant les écoutes suivantes font ressortir des qualités certaines de ces compos, malheureusement très semblables les unes aux autres. On a déjà entendu ça très souvent, mais c’est plutôt bien fait…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4