3911

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 07 février 2010
Sa note : 9.5/20

LINE UP

-Niklas "Nick Night" Isfeldt
(chant)

-Fredrik "Ritchie Rainbow" Nordström
(guitare)

-Daniel "Dannee Demon" Varghamme
(guitare)

-Peter "Pete Pain" Stalfors
(basse)

-Pat Power
(batterie)

TRACKLIST

1)Immortal
2)In The Night
3)Bang Your Head
4)See the Light
5)Electric
6)Frostbite
7)On the Wind
8)The Ballad
9)In the Fires of the Sun
10)Mean Machine
11)Kill, Burn, Be Evil
12)The Unchosen Ones

DISCOGRAPHIE

United (2006)
In The Night (2010)

Dream Evil - In The Night
(2010) - heavy metal - Label : Nuclear Blast



Votre serviteur a toujours eu du mal avec la démarche « artistique » de Dream Evil, qu'on pourrait résumer ainsi pour ceux qui ne la connaissent pas : « Ouais mec, nous on joue du heavy metal en cumulant tous les clichés du genre, comme Manowar ou Hammerfall, sauf que nous c'est fait exprès, c'est du second degré quoi !» OK, très bien ; mais est-ce que le fait que ce soit de la pure déconnade rend la musique meilleure ou plus digne d'intérêt ? Au vu des quatre premiers albums du groupe, on serait tenté de répondre que non…


Naturellement, aucun changement à signaler pour ce nouvel album. À la limite, l'espace de quelques instants, on aurait pu croire à l'arrivée d'un nouveau chanteur fan de Ralf Scheepers, mais c'est pourtant bien Niklas Isfeldt qui tient le micro. Il ne faut pas plus de 4 minutes à Dream Evil pour nous rappeler à quel point ils ne nous avaient pas manqués, juste le temps de les voir saboter un morceau d'ouverture qui aurait pu être sympa. En dépit d'une ligne vocale indigente sur le couplet, "Immortal" ne s'en sortait pas si mal avec son refrain efficace et surtout son passage choral guerrier à la Hammerfall. Mais balancer un fade out sur le musique et laisser ledit passage à capella pendant 30 secondes à la fin, c'est tout bonnement ridicule. Remarquez, au moins, ça annonce la couleur pour la suite…

Parce que disons-le clairement, ça ne s'arrange pas après. "In the Night" rappelle les pires heures de Primal Fear (déjà que les meilleures…) comme le navrant "In Metal" sur Devil's Ground. On pense également aux Allemands à l'écoute de "Bang Your Head", avec sa grosse rythmique qui aurait pu figurer sur Black Sun ; mais dans sa volonté de sonner cliché, Dream Evil ne peut s'empêcher de nous servir un refrain hyper caricatural à la Sacred Steel. Exactement le genre de truc qui vous ruine un morceau sur le champ… Et ce n'est pas mieux non plus du côté de "Mean Machine". En fait c'est assez simple, chaque fois que Dream Evil veut se la jouer gros metal méchant, c'est l'échec assuré. Seul "Kill, Burn, Be Evil" échappe de peu au marasme, grâce à un refrain qui fonctionne plutôt pas mal, voire "Frostbite" et son break endiablé.

Dream Evil s'en sort largement mieux quand il ne force pas le trait et qu'il propose un heavy assez light qui passe tout seul, un peu comme l'avait fait Primal Fear (encore eux !) sur New Religion. C'était presque réussi sur "See the Light" mais entre le break raté et le côté lassant du chant de Niklas Isfeldt faute de variation, ce morceau accumule un peu trop de handicaps pour être pleinement satisfaisant. Rien à dire par contre sur "Electric" : laissons de côté les paroles débiles (une constante chez Dream Evil, pour qui c'est au contraire un motif de fierté) et reconnaissons que ce titre catchy a tout d'un metal hit. Même topo pour "On The Wind" qui, hormis des « ohohoh » et « nanana » dispensables en fin de parcours, tire également son épingle du jeu. Rajoutons enfin "The Unchosen Ones", dont les claviers apportent enfin un peu de variété.


Avec In The Night, Dream Evil reste fidèle à lui-même et nous fait du Dream Evil : du heavy de gros lourdaud, parfois réussi, mais franchissant souvent la frontière du ridicule. Au bout de cinq albums, la date limite de péremption est atteinte et il semble que la blague potache des débuts a assez duré, cer c'est bien connu, les plus courtes sont les meilleures… Non mais sans déconner, ça se vend vraiment ce truc ? Il y a vraiment des fans qui dépensent leur argent pour cette mascarade ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1