3978

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 12 mars 2010
Sa note : 14/20

LINE UP

-George Charalambous
(chant)

-Harry Pari
(guitare)

-Stefanos Psillides
(claviers)

-Miguel Trapezaris
(basse)

-Chris Ioannides
(batterie)

TRACKLIST

1)World of Lies
2)Old Man's Wish
3)I Swear Revenge
4)Those Who Are Gone
5)The Captain's Log
6)Envy
7)Dark Entries
8)Madness Once Called Love
9)Tomorrow's Dawn
10)Reflections Of The Past
11)The Curse Of Time

DISCOGRAPHIE


Winter's Verge - Tales Of Tragedy
(2010) - heavy metal - Label : Massacre




Il y a des groupes comme ça, on a du mal à les prendre au sérieux. Tenez, celui-là par exemple : Winter's Verge. Non mais là, sans déconner, difficile de résister à l'envie de glisser un jeu de mots bien gras… Mais bon, ici on est chez les Eternels, pas chez les Grosses Têtes ; alors on se calme, on reprend sa concentration et on fait le boulot consciencieusement. Il sera toujours temps un peu plus tard de rendre un dernier hommage à Patrick Topaloff.


Winter's Verge est un groupe qui semble avoir un peu mal à assumer son identité. Les Chypriotes tentent bien au départ de nous faire croire à une influence metal prog' dominante, avec un premier titre qui commence sur un rythme ternaire agrémenté d'un peu de branlette de manche ; mais rapidement, la vraie nature du groupe arrive sur le tapis. Chant agressif, recours aux bon vieux power chords sur le couplet, et batterie 100% heavy sans trop de fioritures : on navigue en plein territoire power metal. Et Winter's Verge aurait tort de vouloir tourner le dos à ce genre, parce qu'il faut bien reconnaître qu'ils s'en sortent comme des chefs, à l'image de cette mise en bouche fort sympathique. On pourrait situer le groupe quelque part entre Iced Earth et Kamelot, piochant chez le premier puissance et agressivité, chez le second sens de la mélodie et qualité des arrangements, et faisant par moment la synthèse de tout cela comme sur "Dark Entries".

A l'évidence, les Chypriotes disposent d'un bagage technique certain qui leur permet d'une part de passer d'un plan à l'autre avec aisance, mais aussi de ne pas répéter 11 fois le même titre. Passé le début de l'album typiquement power metal, avec une réussite variable (le catchy "Old Man's Wish" laissant place à un "I Swear Revenge" beaucoup moins convaincant), Winter"s Verge n'hésite pas à s'aventurer dans d'autres contrées par la suite. "For Those Who Are Gone" est un titre calme et glorieux à la manière de "Courage" de Manowar, avant de bifurquer vers quelque chose de plus heavy avec lâcher de screaming inclus dans le package. Dans la foulée, le groupe nous délivre un de ses titres les plus convaincants avec "The Captain's Log", sur lequel souffle un vent épique des plus appréciables. Un registre qu'on retrouve sur la classique mais efficace "Tomorrow's Dawn", conjugué à un regain d'agressivité matérialisé par des passages très thrashy.

La fin de l'album nous apprend deux choses. La première, avec "Madness Once Called Love", c'est que Winter's Verge peut surprendre son petit monde. Le début fait pourtant peur : une mélodie ultra sirupeuse à la "Careless Whisper" (oui, je parle bien du hit de George Michael), un chanteur qui se la joue crooner avec les trémolos dans la voix… Bref, ça part comme une ballade bien craignos, mais les Chypriotes sauvent le coup en durcissant progressivement le ton : on croit d'abord à un titre de metal gothique, mais les arrangements musclés du deuxième couplet ouvrent la voie à une fin clairement heavy. Ensuite, on découvre que Winter's Verge peut aussi se montrer ambitieux quand il le veut, comme sur "Reflections Of The Past". Outre son excellent refrain, ce titre dispose d'arrangements bien fignolés et d'une partie musicale de haute volée. Tales Of Tragedy aurait probablement dû s'arrêter là plutôt que sur "The Curse Of Time", un peu pâle à côté.


Il y a à peine 2 ans, l'Anorthosis Famagouste passait tout près de l'exploit de sortir de sa poule en Ligue des Campions et nous prouvait ainsi qu'à Chypre, on savait jouer au football. Aujourd'hui, c'est Winter's Verge qui nous prouve que niveau metal, on se défend très bien aussi. Tales Of Tragedy est un album classique à qui il manque peut-être un titre vraiment incontournable, mais il a le mérite de tenir la route de A à Z et de nous offrir pas mal de très bons moments. Une excellente surprise, à confirmer.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7