4120

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 07 juin 2010
Sa note : 10/20

LINE UP

-Ana Mladinovici
(chant)

-Bogdan Costea
(guitare)

-6Fingers
(claviers)

-Sorin Vlad
(basse)

-Hertz
(batterie)

TRACKLIST

1)Anywhere But home
2)Tonight
3)Never Like You
4)Wait for Me
5)Need
6)Release My Demons
7)On the Side of Evil
8)My Kin My Enemy
9)Used to Be an Angel
10)We Are Horde
11)Dear Diary

DISCOGRAPHIE


Magica - Dark Diary
(2010) - speed metal symphonique, très mauvais - Label : AFM Records



Magica, sujet à rire pour certains (beaucoup même), relève du metal à chanteuse pour d'autres. Pourquoi pas cette option après tout. Se fondre dans la masse d'un semi-underground en gardant tout de même la tête hors de l'eau, c'est le résumé de la carrière des Roumains. Cette situation est à l'image de la qualité de leurs albums. Moyens, tout au mieux, autant dire que c'est maigre pour un groupe qui a aujourd'hui un certain statut. Même si pour la pochette, on se demande s'ils se tirent la bourre pour la cover la plus indigeste avec le dernier Kivimetsan Druidi, Dark Diary, est le moins mauvais album du groupe.

Après avoir développé un côté presque allergique à une bonne partie de cette scène, puisqu'en très grosse perte de qualité et de crédibilité depuis quelques années, les anti-allergènes à portée de main, la lecture pouvait commencer. Vous avez beau énormément apprécier ce milieu, Magica ce n'est pas la crème du genre, c'est le type de groupe de seconde zone, qui a énormément travaillé pour en arriver là, gardant tout de même son intégrité et son honnêteté. Mais comme tous les combos de cette catégorie, il y a la capacité à composer, à enregistrer sans pour autant faire des étincelles. Loin de moi l'envie de vouloir les descendre, l'ensemble est quand-même au-dessus du lot, mais reste trop quelconque pour avoir ce succès actuel. Lullacry, Leave's Eyes, Flowing Tears, Unsun, tous ces groupes, qui ont leur personnalité; rectification, ils ont une personnalité, mais c'est exactement la même pour tous. La différence se trouve dans leur « female frontman ». Ce n'est pas une critique, mais le style étouffe et manque de renouvellement. D'ailleurs, le chant n'est pas uniquement féminin, comme très souvent le chant masculin (ici sous forme de chœurs : "Never Like You", "On the Side of Evil", "We Are Horde"), fait quelques apparitions. Une chanson comme "My Kin, My Enemy", représente tout à fait ce qu'est le groupe, sous toutes ses coutures des plus rapides aux plus calmes. Mais en plus, en présentant un titre qui offre une bouffée d'air frais autant au groupe qu'au style, c'est direct, varié et fédérateur.

Dès la première piste, l'album part sur un heavy speed symphonique, un style que l'on sent dominant dans l'ensemble malgré les très nombreux passages proches d'un pop metal à voix féminine, ajoutez quelques leads à la guitare, avec la mélodie vocale en tant que premier rôle. En soit rien de nouveau, mais cela aurait pu être pire. Les deux soulagements principaux sont : les claviers qui ne sentent pas le « Bontempi » et la voix ne nous casse pas les oreilles, elle est aiguë et quelconque, elle n'ajoute rien et n'enlève rien, elle ne fait que suivre les codes pour faire d'autant plus rentrer le groupe dans les rangs du metal dit gothique. Autant dire qu'en ce qui concerne la voix d'Ana, aussitôt elle est écoutée, aussitôt elle est oubliée. En soit c'est un plus puisque beaucoup massacrent les lignes vocales en étant au-dessus de leurs capacités, sonnants comme des Tarja en carton-pâte. C'est donc le professionnalisme qui les différencie puisque toutes les compos se tiennent et sont chargées en émotions, qui lorsque l'on aime ce genre de clichés... parviennent à toucher ! Alors, attention au piège à c** tout de même, ce n'est pas ce qu'il manque et ils nous ont déjà fait le coup. Leur dévotion et leur ténacité payent...c'est la seule explication que j'ai puisque nous sommes au même plan que les groupes cités plus haut et que des centaines d'autres. Dernière remarque, elle concerne le son, il est tout à fait convenable, certes on a vu mieux, mais ce n'est pas non plus la Roumanie (désolé c'était trop tentant, il fallait au moins une vanne sur leur origine).


C'est environ comme 1000 autres groupes du genre, mais ça s'écoute; il a ses bons moments, quelques mélodies, finalement on finit par être touché, mais que trop sporadiquement pour en faire un bon album. Bien que le sujet (même si pas terrible) est bien maîtrisé, la question est donc : pourquoi sont-ils en train de devenir une des têtes de liste du genre?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4