4227

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 19 septembre 2010
Sa note : 13/20

LINE UP

-Mike Muir
(chant)

-Mike Clark
(guitare)

-Rocky George
(guitare)

-Robert Trujillo
(basse)

-Jimmy DeGrasso
(batterie)

TRACKLIST

Invocation
Don't Give A Fuck !
No Fuck'n Problem
Suicyco Muthafucka
Fucked Up Just Right
No Bullshit
What Else Could I Do ?
What You Need's A Friend
I Wouldn't Mind
Depression And Anguish
Evil
Love Vs. Loneliness
Benediction

DISCOGRAPHIE


Suicidal Tendencies - Suicidal For Life
(1994) - thrash metal - Label : Epic Records



1994, dernière année créative pour Mike Muir et les siens avant l'extinction totale pour les années suivantes. Sorti la même année que le très bon Groove Family Cyco d'Infectious Grooves, Mike Muir se disperse plus que jamais entre les deux groupes... lesquels finiront par mourir tous les deux !!! Suicidal For Life... un titre on ne peut plus ironique puisque Mike Muir savait qu'il s'agirait là du dernier album de Suicidal Tendencies.



Les raisons du split de Suicidal Tendencies sont multiples : l'impression que le groupe n'est pas à sa place face à une scène metal, fusion et grunge qui ne l'a jamais reconnu à sa juste valeur, des chiffres de vente décevants et surtout l'impression d'avoir tout dit. Oui, en 12 ans (1982 - 1994), Suicidal Tendencies a tout dit. Grossièrement, on pourrait le décrire comme à mi-chemin entre Lights... Camera... Revolution et The Art Of Rebellion, avec l'expérience Infectious Grooves qui est passée par là (pour le côté groovy de la chose). Donc on conserve les acquis mélodiques de The Art Of Rebellion, tout en retrouvant la hargne de Lights... Camera... Revolution et le tour est joué !

Sur la forme, Suicidal For Life est parfait : jamais le groupe n'a aussi bien joué, jamais le groupe n'a été aussi bien produit. Mike Muir est au sommet de sa forme, alternant avec brio mélancolie ("What Else Could I Do ?", "Love Vs. Loneliness") et énergie hardcore/thrash/fusion (en un mot : crossover). Autrement dit, son chant est nettement moins nian nian que sur The Art Of Rebellion, ce défaut là a été corrigé. Nouveau batteur dans l'équipe, Jimmy DeGrasso, un tueur parmi les tueurs, très technique tout en restant terriblement efficace : double pédale, groove de tous les instants, roulements de toms (l'intro de "Depression And Anguish" est impressionnante), tout y passe, on se régale, ce disque vaut le coup d'être écouté rien que pour ses parties de batterie, à mille lieux de tous les bûcherons thrash metal. Le passage de Jimmy DeGrasso chez Megadeth paraît bien terne à côté.

Robert Trujillo nous pond des lignes de basse parmi les plus heavy de toute sa carrière ("What Else Could I Do ?") et Rocky George est toujours aussi brillant pour les solos (l'intro de "What You Need's A Friend" par exemple, enfin on pourrait tous les citer). La première moitié de l'album est vraiment rentre-dedans, groovy, avec même un trop-plein d'énergie par moments : quand on se prend des "Don't Give A Fuck !", "No Fuck'n Problem" et "No Bullshit" dans la face, ça calme ! Du coup, la suite paraît moins bonne avec des "Evil" ou "I Wouldn't Mind" pas mauvais en soi, mais faisant office de "filler". Suicidal For Life paraît moins inspiré, plus précipité pour ne pas dire bâclé dans ses compositions, avec des enchainements parfois hasardeux entre chaque riff. Exemple pris avec deux morceaux construits de la même façon : "Fucked Up Just Right" et "Depression And Anguish". Speechs incessants de Mike Muir, gros mur du son de la part de Mike Clark, solos de guitare dans tous les sens et accélération salvatrice une fois les premiers couplets passés. Un vrai défouloir ! On sent le ras le bol de Mike Muir, avec des "fuck" et des "shit" toutes les 15 secondes dans les paroles, comme si il voulait flinguer son groupe.

Mais la richesse de The Art Of Rebellion n'est pas oubliée pour autant. La preuve, Suicidal Tendencies développe davantage les ambiances, des sonorités sombres, malsaines, avec les excellentes voix doublées de Mike Muir (un "Suicyco Muthafucka" terriblement accrocheur, la semi-ballade "What Else Could I Do ?" et son final dépressif de toute beauté et "What You Need's A Friend" qui aurait pu être meilleur ceci dit). Et que dire de la superbe ballade "Love Vs. Loneliness", mélancolique et pleine de sensibilité, elle rivalise largement avec "Nobody Hears" !


Alors, qu'est-ce qui ne va pas sur Suicidal For Life ? Simplement qu'à l'époque de sa sortie, il était décevant. Forcément, succéder à deux bombes comme Lights... Camera... Revolution et The Art Of Rebellion, ça fait mal ! Sans oublier que le premier album, Join The Army et How Will I Laugh Tomorrow When I Can't Even Smile Today, c'était pas de la daube non plus. Mais, si on le compare aux deux merdes qui ont suivi la reformation du groupe (Freedumb et surtout le ridicule Free Your Soul... And Save My Mind), Suicidal For Life fait office de bombe et s'avère être plutôt un bon album avec le recul. Dans tous les cas, Suicidal Tendencies s'est arrêté en 1995, la suite n'existe pas, c'est une affaire entendue !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2