4815

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 19 septembre 2011
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Count D
(chant)

-Shub Niggurath
(guitare)

-N. (Lughma)
(guitare)

-Wotan
(basse)

 -Herr Rikk
(batterie)

TRACKLIST

1) Nightmares of Humanity (Wrath of Rats)
2) Ein Unendlicher Blitz     
3) Fire Within     
4) Penetrating Warhead     
5) Mystic Shape of Self Hatred     
6) Inner Devastation
7) Dark Ages     
8) Danger Zone     
9) Dans une flaque de sang     
10) Sacrifice     
11) They Come to Us

DISCOGRAPHIE

Dogma (2009)
Here Is No Truth (2011)

Seide - Here Is No Truth



Après une solide démo, Dogma, Seide nous revient armé d’un album complet avec l’aide d’un label derrière. La démo nous avait laissé entrevoir de belles promesses et notamment l’espoir d’avoir à faire à un groupe intelligent et différent. Oui, notez bien ce différent car c’est souvent ce qui fait cruellement défaut aux groupes jeunes, suivre une tendance. Dogma n’était pas tombé dans le panneau même s’il n’avait pas évité celui de la production un poil faiblarde, mais c’est un non-événement pour une 1ère démo d’un groupe d’extrême. L’histoire est maintenant toute autre avec ce 1er album, les défauts seront moins pardonnables et pardonnés. Mais surtout, le groupe a-t-il conservé sa patte ?

L’écoute de l’album en entier est rassurante car elle se fait d’une traite. On n’a pas envie de passer aux oubliettes une chanson particulièrement, même si chacun aura évidemment sa (ou ses) petite(s) favorite(s). On sent également avec joie que la touche du groupe français est toujours là, soulagement ! Seide n’a pas cédé à la facilité et s’obstine à tracer sa route sur une voie propre, on les remercie. Par où commencer ? La production peut-être, un des points les plus évidents d’amélioration. Elle a clairement gagné en puissance, peut-être perdant en retour le son cru froid et cinglant. Les guitares (le groupe en a 2 maintenant, et les utilise à bon escient) ont plus de coffre tout comme la batterie qui subit un lifting bienvenu. La grosse caisse dit merci notamment. Déception, la basse perd son côté claquant pour se trouver très saturée et vraiment trop synthétique à mon goût.
Au tour des compositions désormais, le véritable dada de toute joute musicale. Ce Here Is No Truth marque. Oui, osons le terme car le style varié et marqué de chacune des compositions martèle que nous écoutons Seide et rien d’autre que Seide. Bien sûr, passant du black très sombre sur "Ein Unendlicher Blitz" au thrash revendiqué de "Mystic Shape of Self Hatred" on entendra que le groupe a nombre d’influences (probablement du Death Angel et Dark Funeral parmi tant d’autres). Cependant, le résultat est sien et il faut savoir applaudir ce type de performance. Dans ce méli-mélo de styles, on remarque quand même clairement que le groupe a haussé la cadence par rapport à sa démo, faisant bien plus appel au blast. C’est notamment audible sur les passages les plus black du cd ("Ein Unendlicher Blitz" et "Dans une flaque de sang"). Au sujet haussement de niveau, on notera aussi les paroles, toujours dans des langues variées et dont certaines donnent froid dans le dos ("Dans une flaque de sang").
Le niveau des compositions est élevé et ne faiblit que dans de rares moments ("Fire Within" un peu trop classique et "Penetrating Warhead" pas assez extrême). Le reste du temps, il donne à moudre aux tympans et propose l’excellence sur des titres tels que les très blacks et déjà cités "Ein Unendlicher Blitz" et "Dans une flaque de sang" ainsi que la lourdingue et entêtante "Sacrifice" qui accroche l’oreille par son chant spécialement plus growlé et doublé. Le chant par qui viennent des mélodies à 2 intelligemment trouvées. Les chansons elles-mêmes sont des creusets à idées, variées, riches et nappées d’une atmosphère épaisse. Les riffs sonnent justes et créent tantôt des mélodies, tantôt des agressions. Voilà donc un album fort bien servi par la Nature auquel les reproches sont rares. Pourtant, on en trouve un. À vouloir tenter sa chance dans tant de styles, le groupe perdra certains auditeurs qui n’entendront aucun fil conducteur.


Cela ne fera pas oublier des chansons au-dessus de la moyenne dont certaines donnent un réel plaisir d’écoute. Ce qui ressort de ce Here Is No Truth est un album intelligent, composé brillamment et à la personnalité forte. Il s’éparpille parfois trop et n’est pas encore au top niveau son, mais il fait indubitablement preuve d’une très grande maturité et donne envie d’une chose : en entendre plus. Et la pochette est magnifique, dans l’esprit mystique du groupe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5