5215

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 13 mai 2012
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Tony Forresta 
(chant) 

-Ryan Waste 
(guitare) 

-Land Phil 
(basse) 

-Dave Witte 
(batterie) 

TRACKLIST

1) Waste in Space
2) Repossession
3) New Dead Masters
4) Unholy Abductor
5) Idiot Check
6) Covered in Sick / The Barfer
7) You're Cut Off
8) Authority Complex
9) Standards and Practices
10) Crushing Chest Wound
11) The Monster with 21 Faces
12) Jesus Freaks
13) The Fatal Feast
14) 12 Step Program
15) Death Tax
16) Residential Disaster

DISCOGRAPHIE


Municipal Waste - The Fatal Feast
(2012) - hardcore thrash metal crossover - Label : Nuclear Blast



Première devinette du jour : qu'est-ce qui ressemble le plus à un album de Municipal Waste ? Un autre album de Municipal Waste pardi ! Et c'est d'ailleurs toujours le problème avec les groupes « à formule » : au bout d'un moment, on ne sait plus trop si c'est le groupe qui perd de sa fraîcheur ou l'auditeur qui finit simplement par se lasser, mais toujours est-il que le plaisir disparaît peu à peu. Pour Municipal Waste, cela s'était traduit par un Massive Aggressive assez décevant, et pas qu'en raison de sa pochette ratée…

Contrairement au slogan de campagne de notre nouveau président, pour les gars de Richmond, le changement, ce n'est pas pour tout de suite. Ce ne sera pas non plus pour demain tant qu'ils seront viscéralement incapables de pondre un morceau, même de 2 minutes 30 (la durée moyenne chez eux), sans coller le pied au plancher à un moment ou à un autre. Et pourtant, on y a presque cru avec "Covered In Sick / The Barfer", où les gars y vont mollo pendant plus d'1 minute 30, avec un Ryan Waste qui tricote gentiment pendant que Dave Witte s'amuse avec ses cymbales avant de placer un plan axé sur les toms à la Charlie Benante… et paf, raté, voilà que déboule sans crier gare une accélération ravageuse. Idem avec "The Fatal Feast", qui commence doucement par des bruitages style La Quatrième Dimension (qui fait écho à l'intro "Waste In Space") avant d'embrayer sur un morceau peinard à la Offspring… et hop, on écrase l'accélérateur. Et quand on ne s'y attend plus, ils nous proposent alors "Death Tax", un titre heavy assez vicelard qui réussit la prouesse de conserver un tempo modéré sur toute la durée, rééditant ainsi l'exploit accompli en son temps par "Massive Aggressive". Comme quoi, Municipal Waste évolue tout de même un minimum !
Par rapport à Massive Aggressive, The Fatal Feast semble marquer un léger retour en arrière. Même si on n'y retrouve pas tout à fait le grain de folie qui faisait tout le sel de Hazardous Mutation et surtout The Art of Partying, cet album semble plus léger, moins « sérieux » que ne pouvait l'être son prédécesseur. Ce constat s'applique évidemment à la pochette et aux paroles, mais aussi à la musique : le groupe a fait subir à son crossover un rééquilibrage en règle, avec un retour au premier plan des éléments hardcore au détriment des éléments thrash, davantage mis en valeur sur Massive Aggressive. Des titres comme "Idiot Check", "Jesus Freaks" ou encore "Repossession", qui marque le retour des bruitages à la con, permettent de retrouver un peu l'état d'esprit des premiers albums. Idem avec les roquettes supersoniques expédiées en 1 minute 30 comme "Unholy Abductor" ou "You're Cut Off". Ceci dit, quand Municipal Waste rejoue la carte du thrash pur et dur, ça fait mal aux gencives. Ainsi, "New Dead Masters" envoie comme rarement le groupe ne l'avait fait jusque là. On notera également à plusieurs reprises l'ombre de Slayer, comme sur le break (très court, forcément) de "Idiot Check" ou sur "12 Step Program".


Après le controversé Massive Aggressive, Municipal Waste a joué la carte de la sécurité en revenant à ses fondamentaux. Ambition artistique un peu limitée certes (enfin, bon, pour ce que ça importe dans le petit monde du metal…), mais résultat probant avec cet album mené tambour battant et ponctué de quelques coups d'éclat disséminés entre d'autres morceaux survitaminés mais qui ne resteront pas pour autant dans les mémoires. Bref, la routine… Place maintenant, à la deuxième devinette du jour, beaucoup plus ardue : quelle est la différence entre un bon Municipal Waste et un mauvais Municipal Waste ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2