6762

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 10 novembre 2014
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Frank Allain [aka The Watcher]
(chant+guitare)

-Grungyn
(basse)

-Derwydd
(batterie)

TRACKLIST

1) Our Names Written in Embers Part 1 (Beacons of War)
2) Our Names Written in Embers Part 2 (Beacons of Sorrow)
3) The Dying Stars
4) Sentinels
5) Menhir - Supplicant
6) Gathering the Stone

DISCOGRAPHIE

Carrion Skies (2014)

Fen - Carrion Skies
(2014) - black metal atmosphérique, blackgaze - Label : Code666



En 2014 les fans de black atmo ont pu savourer la sortie du tant attendu nouvel album d'Agalloch. Enfin... ou pas. Car oui, ne nous leurrons pas, The Serpent & the Sphere, s'il a été plus ou moins apprécié, n'en reste pas moins objectivement (et tout le monde s'accordera à le dire) le moins bon album du groupe (rappel). Mais quand un géant entre en déclin, il est fréquent que les petits nouveaux se bousculent à la porte pour prendre la relève. Et ma foi tant mieux !

Vous l'aurez compris c'est le cas de Fen, groupe qui n'en est pas à son premier essai au demeurant puisque l'entité britannique s'est tout de même formé en 2006 et signe déjà son cinquième album ! L’inspiration Agalloch ? Elle est omniprésente, même si elle fait la part belle au black metal et non au néofolk comme c'est devenu le cas des maîtres du genre. Carrion Skies est le nom du nouveau méfait de Fen, découpé en six titres de 10 minutes en moyenne. Des morceaux relativement cohérents, dont les enchaînements se font extrêmement naturellement et qui - comme vous pouvez vous en douter - font honneur aux gimmicks du style. Au menu, les blast beats et riffs hypotoniques sont de sortie, en alternant avec une rare maîtrise des mid-tempos et des passages speedés ("Our Names Written in Embers Part 2" en est le meilleur exemple), sans oublier les arpèges majestueux lors des longues accalmies ("Sentinels", "Menhir - Supplicant") ou les ralentissements doomy si jouissifs ("Our Names Written in Embers Part 1").

Un des principaux point fort de la galette est l'absence compète de déchet, tout reste constamment à un niveau de qualité très élevé et chaque titre peut être pris indépendamment du précédent ou du suivant, tout en demeurant très consistant (seul peut-être "The Dying Stars" est légèrement en deça). A l'inverse, le principal point faible serait une certaine linéarité du propos qui vient peut-être de la production légèrement étouffée ayant tendance à lisser les compositions. Ajouté à cela une longue durée puisque la galette dépasse l'heure de jeu, il est difficile de tout engloutir en prêtant attention à chaque titre, certains auront ainsi plus du mal à être mémoriser que d'autres. Il n'empêche que le black metal livré est d'excellente facture et certains passages ont largement de quoi faire pâlir Agalloch et d'autres, en arrivant à tirer le meilleur de leurs influences pour recréer des émotions qu'on croyait disparues (les chœurs sur le final de "Sentinels", le magnifique ralentissement au milieu de l'opener, ou au contraire l'accélération surprise et jouissive de "Menhir - Supplicant").

Fen livre un meilleur album qu'Agalloch en cet an de grâce 2014, preuve que le basculement est en marche. Doit-on le regretter ? Plutôt en profiter, pas question de bouder ce très bon album. Un groupe à découvrir, merci une nouvelle fois au label Code666 de promouvoir des formations si talentueuses. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3