898

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Noah Robinson
(chant)

-Kyle Moorman
(guitare)

-Wayne Miller
(guitare)

-Puck
(samples, programmation)

-Casey Kulek
(basse)

-Austin D'Amond
(batterie)

TRACKLIST

1)Minion
2)Killtank
3)Paradigm In Entropy
4)Skin Un Skin
5)Leverage
6)The Martyr
7)Gated
8)God In The Frame
9)Division
10)Borrelia Mass

DISCOGRAPHIE


Bleed The Sky - Paradigm In Entropy
(2005) - metalcore - Label : Nuclear Blast



Les Bleed The Sky sont des djeunz Californiens qui n'en veulent. La photo du groupe figurant sur le promo a collé un sacré coup de vieux à votre serviteur, tant les musiciens de BTS ne semblent pas avoir encore l'âge de passer le Bac (joke!). En tout cas, ces jeunes-là sont très fâchés et ça s'entend tout de suite. Bleed The Sky vient se placer dans cette mouvance US qui écoute entre autres la scène suédoise et qui tente de créer un nouveau heavy-hardcore à l'américaine en partant de cette base. Mais Bleeed The Sky a-t-il l'étoffe d'un Chimaira par exemple? A voir...

Une chose est sûre: les Bleed The Sky sont en colère. Contre quoi, je l'ignore, mais leurs riffs comme leur chant sont haineux au possible. Le chant m'a rappelé Black Bomb A dans le genre hurlé hyperaigu: la plupart du temps on est dans le hardcore-métal pur. Et ceci entraîne forcément un timbre qui ne plaira pas à tout le monde. Le chanteur monte tellement haut dans ses déferlements de violence qu'il confine parfois au chant suédois ou au chant black. Et quand il hurle dans les graves il sonne death! Il possède également un registre clair un peu plaintif très agréable qui évoque de loin Tool ou Deftones. Versatile, ce garçon! Les riffs quant à eux sont parfois hardcore, mais penchent aussi très fortement vers le heavy et le death par moments. On a droit à de belles rythmiques syncopées faisant sauter partout, à des riffs en aller-retour ultrarapides très death, à des dissonances néo... ça varie pas mal au final. Rien de particulier à dire sur la basse, et le batteur est très bon, comme il se doit.

Le son de cet album n'est pas mauvais du tout, même si le mix fait la part belle au chant et aux guitares. La batterie aurait mérité plus de présence, mais c'est tout de même très honorable tout ça. Concernant les compos, c'est indéniablement bien ficelé. Les influences sont donc heavy (européen et suédois) et hardcore avant tout. Qu'en est-il de ce mélange qu'on pourrait imprudemment qualifier de contre-nature? Et bien c'est maîtrisé, pensé, construit, et en ce sens très agréable à écouter. Prenons le titre "Skin Un Skin" : après une intro dissonnante hardcore qui sonne très Chimaira débarque un riff heavy-metal de derrière les fagots qui prend par surprise... mais passe! Le chant clair vient se poser dessus, et le titre continue sans cesse de se développer, repassant par les cases death et néo-hardcore sans choquer. On ne le dira jamais assez: les groupes actuels ayant pour une bonne partie décidé de ne plus s'en tenir à un genre de métal fermé, les hybrides pulullent et le nouveau talent réside dans l'art de la transition. Bleed The Sky est inventif dans ses riffs, et assure ses transitions comme un chef.

Le rôle des samples et autres effets est inhabituel: je m'attendais à entendre des bruits cyber incorporés dans les riffs pour en renforcer l'impact, mais en fait cette approche n'est absolument pas systématique. En fait les samples sont souvent là pour assurer le rôle normal d'un clavier et distiller quelques nappes glaciales çà et là. Et de fait viennent souvent renforcer la mélodie. Car là est l'atout caché de Bleed The Sky : une maîtrise inattendue de la mélodie. A cet égard le titre "Leverage" est assez magique, combinant une mélodie dissonante et hypnotique à la guitare, des riffs massifs et des breaks mélodiques dans lesquels le chant clair de Noah Robinson fait merveille. En fait on se rend très vite compte qu'une bonne partie des riffs sont mélodiques à la base, et ensuite repris d'une manière rythmiquement agressive pour envoyer la sauce. Le titre "The Martyr" est un parfait exemple de cela, la mélodie du riff servant de base à la fois pour une partie purement rythmique et une outro au piano inattendue et de bon goût.


Résumé: Bleed The Sky est un groupe a fort potentiel! Je n'ai que peu de reproches à leur faire: quelquefois l'ombre de Chimaira plane sur les Californien au détour d'un riff ou à cause de leur virtuosité rythmique -LE grand point fort du groupe de Mark Hunter-, comme sur le titre "God In The Frame". Mais cet album renferme un bon paquet de riffs totalement monstrueux et marqués du sceau Bleed The Sky. La seule manière de se faire une réelle opininon du groupe est d'écouter non seulement un titre en entier mais tout l'album, car ce n'est que là qu'on pourra se rendre compte de la solidité de leur style aussi bien varié que foncièrement cohérent. Au final on se retrouve face à un album très plaisant, liant brutalité et ambiances, que l'on appréciera pour peu qu'on n'ait aucun des genres présentés en horreur. Et le chanteur est vraiment très bon dans son style. J'attends le prochain!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4