Accept

Entretien avec Udo Dirkschneider (chant) - le 05 août 2005

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Accept_20050805

Attention, légende! Groupe fondateur de la scène heavy des années 80, Accept est encore aujourd'hui une référence ultime pour beaucoup quand on parle de heavy-metal. Et son leader à la voix de papier de verre Udo Dirkschneider le sait fort bien. La veille d'un concert de réunion majestueux en tête d'affiche du Wacken Open Air (live-report ici), le frontman a bien voulu m'accorder cette courte interview et revenir sur Accept ainsi que sur sa propre formation, U.D.O.. Et même s'il parle de lui à la troisième personne parfois, cet homme est sympathique et très accessible.


Cosmic Camel Clash : Udo, tu es de retour sur scène avec Accept une fois de plus. Quelles sont tes impressions?

Udo Dirkschneider : Ca va très bien! Nous pouvons faire ce concert sans ressentir aucune pression, et c'est une bonne chose.

Cosmic Camel Clash : Ton groupe principal est U.D.O., avec lequel tu as déja joué dans de nombreux festivals. Etant donné que tu joues surtout des titres d'Accept lors des concerts d'U.D.O., quelle est la différence principale entre un concert d'U.D.O. et un concert d'Accept?

Udo Dirkschneider : (rires) Bonne question. La musique est effectivement la même, donc on pourrait dire qu'il n'y a pas de différence. L'unique différence est la présence de Wolf Hoffman à la guitare, qui est un musicien que personne ne peut remplacer. C'est la seule différence pour moi.

Cosmic Camel Clash : Beaucoup de gens ont critiqué U.D.O. à cause de son côté «tribute-band à Accept». Quelle est ta réponse à ces remarques?

Udo Dirkschneider : (rires) Je suis Accept! Et cette remarque n'est pas tout à fait juste: j'ai essayé par le passé de ne pas jouer trop de titres d'Accept lors des concerts d'U.D.O., et la réaction a été négative: «tu ne peux pas faire ça, tu dois absolument jouer plus de titres d'Accept»!. De plus l'ancien batteur d'Accept est maintenant guitariste dans U.D.O., nous sommes donc un demi-Accept d'une certaine façon. Cela fait sept ou huit ans que le groupe existe et nous ne sommes pas un tribute-band ou un groupe de reprises. Le nom diffère, et si nous jouons beaucoup de titres d'Accept nous jouons aussi de plus en plus notre répertoire qui est d'une certaine manière le nouveau répertoire d'Accept.

Cosmic Camel Clash : Parlons de ton style de chant, qui est aujourd'hui une référence. Comment ce style t'est-il venu? L'as-tu travaillé? Y a-t-il des chanteurs modernes que tu affectionnes ou qui t'ont influencé après-coup?

Udo Dirkschneider : Non, je n'ai jamais vraiment travaillé ma voix, c'est juste arrivé comme ça. Je n'ai jamais pris de cours de chant, c'est naturel. Je n'ai aucune influence dans la scène moderne, je ne veux sonner comme personne d'autre, juste comme Udo. Je pense que beaucoup de chanteurs modernes sont au contraire influencés par Udo!
Photo


Cosmic Camel Clash : Ton groupe et toi avez posé les fondations du power/heavy moderne. Penses-tu pouvoir apporter encore quelque chose de nouveau à la scène aujourd'hui?

Udo Dirkschneider : Je ne pense pas. Il y a beaucoup de nouveaux groupes qui ont ce métal traditionnel dans leur musique tout y intégrant de nouveaux styles, et ça leur convient bien. Quand tu achètes un album avec marqué "Udo" il y a Udo dedans, de la même manière que quand tu achètes un album d'AC/DC tu t'attends à y trouver du AC/DC et rien d'autre. C'est ce que nous faisons en tant que vieux groupe: nous essayons de rester nous-mêmes et de faire ce que nous faisons le mieux.

Cosmic Camel Clash : Dans U.D.O., le processus d'écriture t'est-il réservé ou fonctionnez-vous comme un groupe?

Udo Dirkschneider : La plupart des chansons sont écrites par Stefan Kauffman (guitare) et moi. Mais depuis les trois derniers albums le reste du groupe s'investit de plus en plus, et pas seulement au niveau de la composition mais aussi des arrangements, des structures des chansons, de la production... Ce n'est donc plus un projet solo comme au début, cela fait quatre ou cinq ans que c'est devenu un vrai groupe. A la base je cherchais des musiciens, et au début j'ai dû leur expliquer le fonctionnement du processus d'écriture, d'arrangements, comment Udo compose avec Kauffman, etc. Mais après deux albums on ne peut plus parler de projet solo. Bien sûr le nom du groupe est le mien, mais pour moi il s'agit d'un vrai groupe.

Cosmic Camel Clash : J'aimerais que tu me parles un peu de ton avant dernier album avec U.D.O., Thunderball. Pourquoi ce titre?

Udo Dirkschneider : Sur cet album beaucoup de textes parlent de la guerre, de choses du genre. Il semble que la situation de la Terre s'apparente à un éclair en boule, qui pourrait exploser à n'importe quel moment. Le danger est partout, d'où le titre de l'album.

PhotoCosmic Camel Clash : La guerre est-elle un de tes sujets de prédilection?

Udo Dirkschneider : Ce n'est pas vraiment un intérêt particulier, mais je me tiens très au courant de ce qui se passe dans le monde et tout ça me fait assez peur. Il me semble que de nos jours il n'y a plus de raison de faire la guerre. Et le terrorisme, les fanatiques islamistes... Merde, tout le monde a le droit à se propre religion! Quel est le sens d'en faire un combat, de faire sauter des bâtiments? Les gens qui font ce genre de choses sont vraiment, extrêmement, stupides.


Cosmic Camel Clash : Et à part ces inquiétudes, y a-t-il d'autres sujets qui te tiennent particulièrement à cœur et que tu traites dans tes chansons?

Udo Dirkschneider : Oh oui, principalement la nature et la manière dont il faudrait que nous en prenions soin, c'est un autre domaine dans lequel beaucoup d'actes stupides sont commis. Je pense que ces quatre dernières années j'ai pas mal changé de point de vue sur de nombreux sujets, à cause de tout ce qui se passe ces temps-ci. Je m'intéresse à plein de choses, mais je ne veux pas tout mettre dans mes paroles. Je ne veux pas me prendre pour un professeur et commencer à dire aux gens «faites ceci, ne faites pas cela». En tout cas le choix revient aux fans: ils peuvent choisir pour chaque chanson de s'intéresser aux paroles ou simplement d'écouter la musique. C'est à eux de voir.

Cosmic Camel Clash : Qu'écoutes-tu en ce moment? Y a-t-il des groupes de metal actuels que tu aimes ou détestes particulièrement?

Udo Dirkschneider : (rires) Ne me demande pas de noms! J'ai une fille de seize ans qui écoute beaucoup de groupes récents, donc j'en entends beaucoup moi-même. J'aime bien ce groupe finlandais, Children Of Bodom, leur musique est très intéressante. En fait beaucoup de groupes actuels font des choses intéressantes, comme Dimmu Borgir. J'écoute beaucoup de trucs comme ça, le problème c'est que je n'arrive jamais à me rappeler des noms.

Cosmic Camel Clash : La dernière: as-tu des plans pour le futur proche, avec Accept ou U.D.O.?

Udo Dirkschneider : Oui. Nous avons sorti un single avec U.D.O. en prevision de notre prochain album, qui est déja entré dans les charts en Allemagne… C'est la première fois de ma vie qu'un de mes titres est dans le top 50! L'album est fini et sortira en octobre, il s'appelle Mission No. X. Ensuite viendra la nouvelle tournée d'U.D.O. qui commencera en janvier. Nous espérons jouer en France, où nous sommes retournés pour huit concerts récemment après avoir été absents très longtemps. J'ai pu constater qu'il y a encore beaucoup de fans là-bas, donc j'ai hâte d'y être.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2