CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 09 janvier 2008




SETLIST

Intro/Starlight
Living 4 Tonite
London Leatherboys
Metal Heart
Up To The Limit
Flash Rockin Man
Breaker
Bass Solo/Head Over Heels
Neon Nights
Wolf Guitar solo: Bolero/Sabre Dance/Hall Of the Mountain King/Pomp and Circumstance
Restless And Wild
Turn Me On
T.V. War
Monsterman
Love Child
Fast As A Shark

Rappels :

Princess Of The Dawn
Burning

I'm a Rebel
Balls To The Wall

AFFILIÉ

Accept
Paris - Elysée Montmartre
(18 janvier 2011)
PPM Fest
(07 avril 2012)
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2013)

06 août 2005 - Wacken


Accept_Wacken_20050806

Mon interview avec le père Udo plus tôt dans la journée (interview ici) l'a prouvé: Udo + Wolf Hoffman = Accept et vice-versa. Et quel meilleur contexte que le Wacken Open Air pour un groupe fondateur du son heavy-metal des années 80, je vous le demande? Accept évolue en terrain conquis, et ne ménage pas sa peine pour asseoir encore un peu plus sa réputation de groupe culte.

Le son est nickel une fois de plus, ce qui place le Wacken de cette année au-dessus de beaucoup d'autres festivals du même type. Et les deux mamelles du son Accept peuvent être pleinement appréciées... Pour ce qui est d'Udo, pas de mauvaise surprise: l'homme maîtrise son registre hurlé suraigu à la perfection. Il ne semble pas fournir le moindre effort et assure ses parties comme au premier jour. Quant à Wolf Hoffman, c'est un modèle de guitariste heavy. Il tape aussi fort en rythmique qu'en solo, et un néophyte comme moi n'a aucune difficulté à comprendre pourquoi il jouit d'une telle réputation dans le milieu fermé des guitaristes fondateurs du heavy-metal. C'est bien simple: avec Hoffman chaque note dégouline, couine, semble émaner des soupirs lascifs d'une femme en état de grâce (pour être poli), avec un petit feeling néoclassique en sus. Les autres musiciens sont loin de faire de la figuration, et le bassiste est particulièrement déchaîné ce soir. Le batteur est précis et bourrin, et le deuxième guitariste assure tranquillement.

Pour les compos, je vous ferai la même confidence que pour d'autres groupes: je n'y connais RIEN! Enfin, je connais Accept de nom bien sûr, et j'ai eu l'occasion de me familiariser avec l'organe d'Udo en écoutant quelques titres d'U.D.O. mais Accept n'est pas un groupe de ma génération. C'est le genre de groupe qui a fait tripper nos parents... Mais les miens n'écoutent pas de heavy-metal. Je suis donc devant le groupe comme l'agneau qui vient de naître et... Je me prends une claque de chez claque! Comme Saxon l'année auparavant, Accept m'impose le fait que les légendes des années 80 n'étaient pas des légendes pour rien. On se retrouve face à un mélange de Maiden pour le côté immédiat des mélodies et le souffle épique du tout, AC/DC pour les vocaux de porc castré, et Manowar pour la puissance brute que l'ensemble dégage...


Accept enquille les hits dont je ne connais pas le titre, et force est de constater que je headbangue et saute tel un sagouin avec mes amis les métalleux allemands. La présence sur scène des musiciens, la "patte" immédiatement identifiable du groupe malgré le fait que les compos sont variées, le plaisir évident du groupe à être là... Tout sonne juste, tout fait mouche lors de ce concert d'anthologie. Mon année de naissance m'empêche de tomber dans la dévotion mystique qui anime mes compagnons de boue (je ne vous raconte pas l'état du site après trois jours de pluie), mais j'apprécie pleinement ce concert. Accept est un groupe absolument fondamental, et si vous pensez que le heavy-metal se résume à Iron Maiden vous feriez bien de vous procurer leurs albums. Moi en tous cas j'y cours.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1