CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
le 12 décembre 2007




SETLIST

Intro
Bye Bye Beautiful
Cadence of Her Last Breath
Dark Chest of Wonders
Ever Dream
Amaranth
The Islander
The Poet and the Pendulum
She is My Sin
Sahara
Nemo

Rappels

7 Days to the Wolves
Wishmaster
Wish I Had An Angel
Outro

AFFILIÉ

Nightwish
Toulouse - Zénith
(26 novembre 2015)
Wacken
(04 août 2005)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2015)
Lyon - Halle Tony Garnier
(10 avril 2008)
Paris - Zénith
(06 avril 2008)
Wacken (wacken)
(02 août 2008)

01 décembre 2007 - Oslo – Sentrum Scene


Nightwish__Oslo_–_Sentrum_Scene_20071201

Le dernier passage de Nightwish sur les terres norvégiennes remonte au 5 septembre 2005, soit il y a plus de deux ans. Autant dire que l'impatience des fans est maximale, et les deux dates prévues (1er et 2 Décembre) seront vite sold-out. C'est donc pas loin de 4000 fans qui auront la chance de voir le groupe finlandais ces deux soirs là. Ces mêmes 4000 personnes qui ne peuvent qu'être comblées après le concert, Nightwish ayant définitivement conquis la salle.

Le groupe de première partie sur cette tournée fut Indica, un groupe finlandais de pop légèrement teinté de folk. Ne connaissant que très peu le groupe, je serais bien incapable de vous donner la set-list. Lors de ma découverte du groupe sur CD, j'avais trouve cela ennuyeux. Quelle ne fut pas ma surprise de voir un groupe enjoué, très à l'aise sur scène. Leur musique est plus puissante et énergique en concert, les guitares et la batterie sont plus en avant. Sur une scène décorée de feuilles de vignes, la chanteuse Jonsu sautille à tout va. C'est assez amusant de suivre cet être monté sur ressort dans sa robe verte. Les autres membres du groupe sont d'excellente humeur, particulièrement la guitariste qui sourira tout le long du concert. Le concert dura 45 minutes, laissant un public déjà bien déchaîné prêt à accueillir les héros de la soirée.

L'attente entre les deux groupes fut longue (45 minutes tout de même), mais en valait la peine. Les lumières s'éteignent et un extrait de la bande originale de La Passion du Christ commence à retentir. Les membres du groupe montent sur scène un par un. Avec le pendule de la pochette de Dark Passion Play en fond pour seule décoration, la scène reste sobre, de même que les musiciens (pour les tenues tout du moins, l'alcool, lui, coulera à flot). Fini le défilé de mode avec plusieurs robes et le microphone assorti, Anette gardera la même tenue du début à la fin. La set-list est en béton armé, sans une seule ballade à l'exception de "The Islander". Fini les "Sleeping Sun" et autre "Come Cover Me", le public n'aura aucun répit, particulièrement sur "Sahara", "Cadence of Her Last Breath", "Wishmaster" et "Wish I Had An Angel", qui sont de véritables tueries en live. S'enchaînent donc une majorité de titres issus du dernier album, Dark Passion Play, puis quelques uns piochés dans les 3 albums précédents.

La performance des musiciens est irréprochable et carrée, aucune imprécision n'entachera le show, Anette incluse. L'écoute de bootlegs des premiers concerts de la tournée américaine ou de la tournée de chauffe laissait quelques doutes sur la performance de la chanteuse: chant pas toujours juste, surtout sur les chansons les plus anciennes, impression de se forcer. Ses progrès sont indéniables, ce concert en est la preuve; aucune fausse note ne viendra l'entacher. Sans compter qu'elle se fait véritablement plaisir: elle danse, saute partout, interagit avec les autres membres du groupe et partage la communication avec le public avec Marco. Véritable frontwoman, elle fait plaisir à voir. A part Tuomas qui se contentera de quelques sourires, le reste du groupe joue aussi beaucoup avec la foule. Le guitariste, un sourire permanent aux lèvres, ne manque pas de faire des petits gestes à l'intention du public ou de jeter des médiators.

Le jeu de lumière est bien adapté, créant l'ambiance idéale sur chaque chanson, comme le rouge désertique qui illuminera la scène tout le long de "Sahara", les stroboscopes sur "Cadence of Her Last Breath" ou encore l'ambiance feutrée sur "The Islander" (avec des torches). Des effets pyrotechniques agrémenteront le show: flammes sur "Bye Bye Beautiful", explosion en hauteur sur "Cadence of Her Last Breath", et surtout sur "The Poet and The Pendulum", le point d'orgue du concert. Le groupe se permet de mettre en scène cette chanson: Tuomas fera le geste de se décapiter lors du passage du pendule, puis baissera lentement sa tête lors des battements de coeur. Après sa « mort », le reste du groupe sauf Jukka ira prendre sa main et se recueillera en cercle autour de lui.


La qualité sonore est au rendez-vous, la basse un peu surmixée quand on est sur les cotés, mais rien de bien gênant. Le seul point regrettable fut la durée du show: moins d'une heure et demie, c'est un peu court pour un groupe de cet envergure. Après un final éblouissant sur "Wish I Had An Angel", la musique du film Blood Diamond retentit, et le groupe nous dit au revoir, vainqueur en terres conquises, avant de quitter la scène et de laisser le public, épuisé après un show si intense, avec des souvenirs pleins la tête. Impérial.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4