CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
le 09 juillet 2016




SETLIST

What You Don't Know (Sure Can Hurt You)
The Kids Are Back
Burn in Hell
Destroyer
You Can't Stop Rock 'n' Roll
The Fire Still Burns
We're Not Gonna Take It
The Price
I Believe in Rock 'n' Roll
I Wanna Rock
Shoot 'Em Down (with Phil Campbell)
Born to Raise Hell (Motörhead cover with Phil Campbell)
S.M.F.

AFFILIÉ

Twisted Sister
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2010)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2013)

18 juin 2016 - Hellfest


Twisted_Sister_Hellfest_20160618

Twisted Fucking Sister… Le légendaire groupe de glam américain n’était plus venu en France depuis leur dernier passage ici même il y a trois ans. Les voilà de retour pour ce qui est, malheureusement, leur tournée d’adieu après 40 ans de carrière : la bien nommée Forty and Fuck It ! Alors qu’une partie du public a l’air d’apprécier ce qui se passe sur la Main Stage 2 (des lumières qui clignotent et un bruit inaudible qui porterait le nom de Bring Me The Saucisson, mais je ne suis pas sûr), une autre partie prend son mal en patience dans l’attente de la tête d’affiche de la journée. Appelez ça un conflit de générations entres petits cons et vieux cons si vous voulez, mais c’est aussi ça le Hellfest, il y en a pour tout le monde. Votre serviteur se rangeant sans problème dans la deuxième catégorie, l’excitation est à son comble dans les premiers rangs lorsque résonne dans la sono le "It's a Long Way to the Top" d’AC/DC.

Les sœurs tordues déboulent avec "What You Don't Know (Sure Can Hurt You)", et d’entrée de jeu les yeux se braquent sur Dee Fucking Snider (je vous préviens, il y aura beaucoup de fucking dans cette fucking chronique). Le chanteur du groupe en impose au-delà de l’imaginable: grand, blond, musclé (en forme pour son âge le gaillard), courant partout, se roulant par terre et surtout, invectivant sans cesse le public, le mec s’impose comme le frontman ultime. Totalement hallucinant de charisme et débordant de classe, on en oublie presque qu’il chante très bien, sa voix puissante et éraillée faisant des miracles ! Cabot comme jamais, il râle quand la mise en scène sur le génial "Burn in Hell" tombe un peu à l’eau à cause d’un projecteur récalcitrant, se mettant encore plus le public dans la poche si c’était nécessaire. Les classiques des années 80 s’enchainent depuis pas si longtemps lorsque Mike Portnoy, guest de luxe à la batterie sur cette tournée, entame déjà l’intro légendaire du tube parmi les tubes : "We're Not Gonna Take It".
L’ambiance déjà folle monte encore de plusieurs crans, les slameurs pleuvent sur nos pauvres têtes qui en redemandent, les pogos montent en intensité et les filles commencent même à montrer leurs seins ! Ce moment complétement fou va être rallongé au maximum par le groupe qui étire le morceau à n’en plus finir, faisant chanter le public encore et encore. A tel point que le Hellfest continue à scander ce refrain légendaire une fois le titre terminé, obligeant le groupe à le reprendre… putain c’était bon ! Si la très belle ballade "The Price", dédiée au regretté batteur AJ Pero qui nous quitté l’année dernière (et avait lui-même choisi Portnoy comme remplaçant si il devait lui arriver quelque chose) permet de reprendre son souffle, la folie s’empare à nouveau de la foule pendant "I Wanna Rock". Snider ordonne (vu le ton employé, c’est le verbe qui convient) à ses musiciens d’arrêter d’assurer les chœurs pour mieux nous laisser chanter.

Comme si ça n’était pas assez, c’est à ce moment-là qu’a lieu l’événement du week-end. Phil Campbell de Motörhead rejoint le groupe sur scène sur "Shoot 'Em Down" et une reprise jouissive du "Born to Raise Hell" de la Tête de Möteur, superbe hommage rendu à Lemmy (et bonne idée de jouer autre chose que "Ace of Spades" ou "Overkill"). Un petit "S.M.F." pour finir en beauté et le groupe peut partir la tête haute vers une retraite bien méritée, les Sick Mother Fuckers qui étaient présents n’oublieront jamais ce fucking concert.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5