6228

CHRONIQUE PAR ...

85
JC
Cette chronique a été mise en ligne le 26 octobre 2013
Sa note : 15/20

LINE UP

-Johannes Persson
(Guitare+Chant)

-Fredrik Kihlberg
(Chant+Guitare)

-Erik Olofsson
(Guitare)

-Andreas Johansson
(Basse)

-Thomas Hedlund
(Batterie+Percussion)

-Magnus Lindberg
(Batterie+Studio)

-Anders Teglund
(Synthe+Machines)


TRACKLIST

1) Oro
2) Light Chaser
3) Shun the Mask
4) Vicarious Redemption (Justin K Broadrick mix)

DISCOGRAPHIE


Cult Of Luna - Vertikal II
(2013) - postcore - Label : Indie Recordings



Après l'écoute de Vertikal le constat était évident : Cult Of Luna est toujours autant inspiré. Et cette inspiration se constate aujourd'hui avec une une mini suite à l'album. Second chapitre de cet univers industriel développé par le combo et répondant tout simplement au nom de Vertikal II.

Les premières secondes suffisent à nous replonger cette univers expressionniste que le groupe avait cherché à créer et d'entrée, l'EP se présente comme une suite logique à Vertikal premier du nom. L'introduction des machines rappel immédiatement "The One" et petit à petit le combo remet en branle la machine en appliquant exactement les même procédés qui avaient contribué à faire de Vertikal I un excellent album. La chose commence doucement et gagne peu à peu en intensité.
La machine avance progressivement,prend son temps et dégage toujours cet impression de pesanteur autour d'elle. Tout comme dans l'album, la musique des Suédois n'explose jamais (ou alors très brièvement) et préfère garder cet aspect froid et cette pression constante qu'on lui connaît. Les musiciens semblent presque vouloir déshumaniser leur jeu. Exemple en est avec les plans de batterie. Répétitifs, secs, martiaux et digne d'une vraie boite à rythmes ("Light Chaser").
La musique de Cult Of Luna reste un tout dans lequel chaque instrument, chaque élément joue un rôle important. Rien, absolument rien n'est laissé au hasard ici. En trois titres Johannes Persson et ses complices transporte une seconde fois l'auditeur dans son univers qui, cette fois-ci, fait preuve de moins d'irrégularité. Pour clôturer l'EP, la place est cédée à un invité prestigieux : Justin K Broadrick, qui offre sa vision de "Vicarious Redemption". Titre excellemment bien revisité et dans lequel, plus qu'une inspiration Godfleshienne, semble résonner des notes venant de Jesu.


Voila un second (et probablement dernier) chapitre plus que bienvenu en vue de sa qualité. Même si la chose pouvait être prévisible Cult Of Luna montre que même sur un petit format les choses sont bien faites. Un groupe dont on attend beaucoup et qui ne déçoit pas, la marque des grands.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7