623

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Britta Herzog
(chant)

-Vincent Vercaigne
(guitare+chant+clav.)

-Cyril Carrette
(claviers)

-Manu Berdin
(basse)

-Nicolas Dubois
(batterie)

TRACKLIST

1)Desert
2)Ignorance
3)Surprends moi
4)Come Back From Heaven
5)N.D.E.
6)Revolution Der Marionette
7)Lost
8)Chosen one
9)Just try (bonus track)

DISCOGRAPHIE


Amartia - Marionette



Bon, par où commencer pour une fois qu'on a sous la main un disque dont on peut dire beaucoup de bien ? N'essayons pas de ménager un effet de surprise - de toute façon, vous avez la note sous les yeux - et pour créer un contraste avec le contenu subtil et inspiré de Marionette, utilisons une tournure de thrasheux mal léché : AmartiA, ça tue un ours. Oui oui, à grands coups de metal à la fois atmosphérique et progressif, le quintette franco-allemand peut sans peine venir à bout d'un gros ursidé de la trempe d'un grizzly. Voire même d'une bête encore plus coriace : un webzineur qui ne décerne un mirifique 17 que pour la deuxième fois en presque cent albums promo chroniqués. Si ça c'est pas de l'argument d'autorité...

Non ? Détaillons un peu alors : Amartia nous propose avec Marionette un mélange savamment dosé de riffs pesants, de chant enjôleur et d'ambiances planantes tirant sur le mélancolique. L'album débute par trois compositions assez directes, dépourvues de fioritures et bigrement accrocheuses, sans toutefois tomber dans le pop-single-metal décérébré. Car même si "Ignorance" possède un refrain dont le souffle chaleureux est capable de faire fondre toutes les neiges du royaume de Blashyrkh, le groupe prend le temps de bien développer tous les passages pour mieux nous les faire savourer. La guitare aux rythmiques saccadées et percutantes, les claviers aux nappes judicieuses et discrètes et la basse groovy se joignent à la voix chaleureuse de Britta pour créer une musique où il ne manque peut-être qu'un brin de sophistication supplémentaire.

À peine cette pensée vous traverse l'esprit qu'AmartiA révèle pleinement son côté progressif et vous met définitivement à genoux. "N.D.E." (Near Death Experience), à mi-chemin entre post-rock et néo-prog, vous happe par ses arpèges épurés, ses choeurs voluptueux et ses ambiances habilement enchaînées. "Revolution Der Marionette" alterne paroles en allemand, en français et en anglais pour mieux soutenir ses changements d'atmosphère et acquérir une espèce de force tragi-comique totalement envoûtante. "Chosen One" est peut-être le seul titre qui justifie partiellement les comparaisons que l'on fait entre Amartia et les Hollandais de The Gathering (période Mandylion/Nighttime Birds), cependant même quand cette référence devient apparente, le groupe arrive à garder assez de personnalité et demeure un cas à part.

Les quelques regrets que l'on pourrait formuler au sujet de Marionette viennent principalement de la production, plus particulièrement d'une guitare à la distortion un peu trop synthétique, ainsi que du mixage qui ne met pas assez en valeur la basse. Quand on entend les merveilles dont est capable Manu sur le titre acoustique "Just Try" ou l'introduction de "Come Back From Heaven", on regrette de trop devoir tendre l'oreille pour l'entendre en écoutant les autres compositions. Fort heureusement, ce ne sont que des petits détails qui ne devraient pas vous empêcher d'apprécier la musique d'Amartia... et pour une fois qu'on a pas besoin d'aller jusqu'aux Pays-Bas pour trouver de la bonne came, on ne va pas trop se plaindre.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5