CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 03 juillet 2013




SETLIST

Rise Up
More than Meets the Eye
Native Blood
True American Hate
Practice What You Preach
Into the Pit
The New Order
Over the Wall
D.N.R.
Three Days in Darkness

AFFILIÉ

Testament
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2008)
Hellfest (Clisson)
(17 juin 2016)
Casino de Paris - Paris
(07 novembre 2016)

21 juin 2013 - Hellfest


Testament_Hellfest_20130621

« Testament en live c'est mortel », « Testament en live c'est la boucherie », « Testament en live ça déchire sa race » : voilà un petit florilège de commentaires qu'on peut lire habituellement à propos de cet éternel outsider du thrash. Et bien je dois être un sacré pisse-froid, parce qu'à chaque fois que je les ai vus, en festival comme en première partie du Priest il y a quelques années, ma réaction était plutôt celle-là : mais qu'est-ce que c'est que ce son de merde ? On reconnaît à peine les compos ! Bon allez, faisons une cinquième tentative, mais sans grande conviction…

Il y a déjà un point qui s'est amélioré. D'habitude, les guitares sont poussées à un volume sonore démesuré et sonnent de façon tellement brouillonne que les riffs deviennent difficilement reconnaissables. Cette fois, pas de problème, puisqu'il n'y avait tout simplement pas de guitare dans le mix. Hop, problème réglé ! Plus sérieusement, il fallait vraiment tendre l'oreille pour distinguer les riffs, notamment sur les vieux titres comme "The New Order" ou "Into the Pit". Disons que Greg Christian a réalisé le rêve de tout bassiste de thrash : se faire entendre… et même plus que de raison ! Le plus étonnant, c'est que dès qu'on arrive aux solos, là le son de guitare est parfait, que ce soit pour Skolnick le poseur ou son jumeau (façon Schwarzy / De Vito) Peterson, beaucoup moins glamour. A n'y rien comprendre… Pour ne rien arranger, le groupe a semblé lutter avec quelques problèmes de retour, puisqu'à plusieurs reprises, Chuck Billy était en retard sur le tempo. Parfois de pas grand-chose, mais sur le prérefrain de "True American Hate", on aurait dit Pedro Delgado au prologue du Tour de France 1989. Le pire, c'est qu'il nous aura fait le coup à chaque fois sur ce passage !
Par contre ce qui ne change pas, c'est le réglage déplorable de la batterie. C'était déjà le merdier avec Bostaph, qui avait tendance à mettre beaucoup de double pédale, alors avec Big Gene Hoglan qui en plus nous rajoute des blasts, c'est même pas la peine…  Testament tombe dans le piège commun à bon nombre de groupes de speed metal ou de thrash, à savoir la double pédale qui bouffe tout le reste, surchargeant le son de fréquences basses indésirables. Des groupes comme Exodus ont tendance à s'approcher dangereusement de la ligne rouge, mais avec Testament, elle est allègrement franchie. Car si la bande à Rob Dukes (on n'ose plus dire Gary Holt) joue également avec tous les potards à fond et une batterie omniprésente, il est encore possible de prendre son pied avec "Bonded by Blood" ou "Another Lesson in Violence" joués de façon extrêmement agressive, car cela correspond bien à l'esprit du groupe ;  chez Testament par contre, où la qualité des riffs sert de moteur, quel est l'intérêt de jouer "The New Order" ou "Over the Wall" quand le riff principal est inaudible car noyé sous la basse et la batterie ? Incroyable de la part d'un groupe présent depuis aussi longtemps sur le circuit…
Naturellement, si on arrive à passer outre ces problèmes de rendu sonore, j'imagine que c'était effectivement très bon, avec une setlist particulièrement bien pensée. La première moitié visait à montrer que Testament ne vit pas que sur son passé (sinon ils se contenteraient d'aligner les meilleurs titres de The Legacy et The New Order) et en a encore sous la pédale : 3 extraits du nouvel album Dark Roots of Earth, qu'on pourrait bien retrouver sur les tournées suivantes car ils n'ont pas volé leur place, ainsi que "More than Meets the Eye", tiré de l'album précédent et qui s'est d'ores et déjà imposé comme un classique. La seconde moitié a quant à elle prouvé pourquoi Testament est unanimement considéré comme un cador du thrash. D'abord, une pelletée de classiques quasi inamovibles de la setlist avec la brochette "Into the Pit" / "The New Order" / "Over the Wall", toujours aussi savoureuse plus de 25 ans après sa création ; ensuite, la vélocité laisse place à la puissance avec une paire de titres issus de The Gathering. Pas une mauvaise idée en soi, car cela permet d'apporter encore un peu de variété, mais "3 Days in Darkness" n'était pas forcément le titre idéal pour conclure ce set.


Et ben elle était bien sympa cette masterclass de Gene Hoglan, dommage qu'il y avait un poivrot qui braillait par-dessus et puis un drôle de grésillement, qui provenait de guitares selon certaines sources… Plus sérieusement, Testament nous a fait du Testament : excellent sur le fond avec des compos de premier choix, lamentable sur la forme avec un son une nouvelle fois déplorable, au point de gâcher tout le plaisir qu'aurait dû procurer la setlist. Et dire que c'est la même chose à chaque fois… Enfin bon, visiblement, certains ont tout de même apprécié ; à titre personnel, Testament dans mon top 5 des groupes les plus frustrants en live.


(crédits photos : www.OZIRITH.com - HELLFEST Productions)


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1