18603

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 14/20

LINE UP

-Helg
(chant+guitare+claviers+basse)

-Odalv
(batterie)

TRACKLIST

1) Jotuntre
2) Dodt Morke
3) Vargold
4) Isblod
5) Dunkelstorm
6) Askevind

DISCOGRAPHIE

Isblod (2021)

Ulvegr - Isblod
(2021) - black metal black metal - Label : Ashen Dominion



Sombre entité surgissant des plaines glacées de l’Ukraine, Ulvegr s’est compliqué la tâche en se choisissant un patronyme si proche de Ulver. Pour preuve, sans réfléchir, j’ai tapé le nom des insaisissables Norvégiens lors d’une recherche. Toutefois, cela ne présage en rien leur musique. Pourtant, les indices Ukraine et non-utilisation de l’anglais (je soupçonne le norvégien) sont parlants. Black metal.

Et oh que oui ma petite dame ! Ulvegr, c’est un peu le méchant élève du fond de la classe. Il n’écoute jamais rien, il fonce droit devant comme une brute sur ses camarades et les écrase si possible sur son passage. Oui, c’est pas bien fin tout ça. Pourtant de temps à autre, il est agréable de foncer tête baissée comme un bon gros con. Jouer le bœuf de service et s’assumer comme tel. Rien de folichon dans une telle attitude certes, mais un exutoire quasi cathartique. Et Ulvegr livre une sortie à la hauteur de nos basses espérances. Ça file à toute berzingue du début à la fin, en s’autorisant de maigres incartades en dehors du blast (pour des roulements de double pédale, rassurez-vous). Le tout accompagné de riffs simples en béton armé. Incisifs.
Et comme ça sans varier d’un iota... ou presque, nous le verrons. Et ça passe. Remarquez, nous n’avons pas vraiment le temps de nous ennuyer, ni même de nous appesantir, la durée étant (plus que) contenue - vingt-neuf minutes (et encore, comptez deux minutes d'outro). Une sorte de Reign in Blood de black brutal que ne renierait pas certains albums de Marduk en plus brut. En fait, le curseur est tellement à fond en permanence que l’arrivée impromptue de "Isblod", la chanson-titre, détonne. Un riff lancinant, une rythmique calme. Le contraste saisissant en démultiplie l’efficacité ! Cette inspiration fort bienvenue rehausse l'ensemble, lui évitant de sombrer dans la bêtise crasse. Cela ne l’emmène pas dans les hautes sphères de l’intellectualisme, mais suscite l’intérêt.


Bas-du-front sans être bête. Aucune révolution, aucun fait d’arme notable. Simplement une excellente sortie de black metal bien brut, bien brutal, à la durée ultra compacte. Aucun intérêt pour énormément de personnes. Donc connaisseurs, délectez-vous en d’autant plus.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7