18674

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 18/20

LINE UP

-Keith Flint
(chant)

-Maxim Reality
(chant)

-Jim Davies
(guitare) 

-Liam Howlett
(programmation)


Ont également participé à l'enregistrement :

-Shahin Badar
(chant, track 1)

-Kool Keith
(chant, track 3)

-Crispian Mills
(chant, track 7)

-Saffron
(chant, track 10)

TRACKLIST

1) Smack My Bitch Up
2) Breathe
3) Diesel Power
4) Funky Shit
5) Serial Thrilla
6) Mindfields
7) Narayan
8) Firestarter
9) Climbatize
10) Fuel My Fire

DISCOGRAPHIE


The Prodigy - The Fat of the Land
(1997) - electro big beat - Label : XL Recordings



Amis lecteurs , complétez cette affirmation : « Ah mais moi je n’écoute pas que du metal, j’écoute aussi d’autres trucs. Par exemple : *****. » Selon votre sous-genre de metal préféré, la réponse peut varier grandement, certains d’entre vous oseront même peut-être dire « le blues » -si c’est votre cas, sachez que des sicaires lettons viennent de prendre le chemin de votre maison. Mais, si vous avez un penchant marqué pour les formes sombres et/ou violentes de metal, il est probable que votre réponse se trouve dans la liste suivante : Dead Can Dance, Sisters of Mercy, Depeche Mode, Front 242, The Prodigy. Les deux premiers ont largement été traités sur notre bien aimé webzine. L’heure viendra où nous évoquerons les deux suivants. En attendant, penchons-nous sur le dernier et, plus précisément, sur sa tuerie interplanétaire, The Fat of the Land.

Si le côté « fous du beat » repousse les metal freaks les plus réfractaires aux sonorités électroniques, depuis l’album précédent, le non moins excellent Music for the Jilted  Generation, la musique de The Prodigy vit dans un territoire connexe à celle développée par les hordes de groupes réunis sous la bannière metal. D’ailleurs, après "Their Law" sur l’œuvre d’avant, les British mettent à nouveau un coup de disto sur deux des titres de The Fat of the Land : "Fuel My Fire", cover de L7, et surtout l’énormissime et populaire "Breathe", où Liam et ses potes démontrent l’étendue de leur puissance. Puissance qui, soit dit en passant, n’a pas grand-chose à voir avec l’apparition sporadique de guitares. Non, la grande force de The Prodigy en général et de The Fat of the Land en particulier, c’est la combinaison de beats stratosphériques, de mélodies catchy, et de refrains dont les paroles possèdent une sonorité spécialement faite pour se ficher dans un coin de votre cervelet et ne plus JAMAIS en ressortir.
"Breathe", donc, et "Firestarter", titre qui, personnellement, ne me plait qu’à moitié car trop répétitif, sont entrés au panthéon de la violence mainstream et synthétique, mais tous les morceaux valent leur pesant d’or. Écoutez moi ce "Diesel Power" à la rythmique syncopée mastodontesque : même les plus réfractaires au rap ne peuvent s’empêcher de bouger le booty au son des scansions de Kool Keith. Et que dire de la force de frappe de "Serial Thrilla" ou le départ canon que constitue "Smack My Bitch Up" ? Et le pire, c’est que nos Anglais chéris savent également calmer jeu et composer des plages presque apaisantes, comme "Narayan" ou le magnifique "Climbatize" (pour ce dernier titre, vous pouvez enlever le « presque »), océans de paix au sein d’une seconde moitié d’album globalement plus tranquille que la première. The Fat of the Land est un album plein qui marque, avec son gros compère You’ve Come A Long Way Baby de Fatboy Slim, l’apogée de la version grand public, pulsante et décomplexée de la musique électro. Les intégristes en ont fait une jaunisse (si vous avez deux minutes à perdre, allez lire les critiques sur RYM, c'est poilant), ça n'en est que plus jouissif.


-  Breathe the pressure ! Come play my game, I’ll test ya!
-  Bonjour monsieur Winter, une baguette pas trop cuite, comme d’habitude ?
-  Pyschomatic, addict insane !
-  Et 2 euros qui font 100 !
-  Coome plaaay my gaaaame !
-  Bonne journée à vous également !
   




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4