18838

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 13/20

LINE UP

-Samael
(chant+guitare)

-Farago
(chant+guitare)

-Thanatos
(basse)

-Apophis
(batterie)

TRACKLIST

1) Negate the I
2) Death Meditation
3) The Ultimate Occult Worship
4) Foreshadowing Rite
5) Hymn to the Latest Days
6) Incantation of the Old Ones
7) Destruction and Recreation
8) Ecclesia Obscuri
9) Blessed by the Light of a Thousand Stars

DISCOGRAPHIE


Servant - Blessed by the Light of a Thousand Stars
(2021) - black metal - Label : Black Sunset



Black metal mélodique. Voilà, une chronique rondement menée. Malheureusement, lecteurs avides et exigeants, cela ne suffira à remplir votre panse. Alors, sachez ceci : Sacramentum. Étonnamment, beaucoup moins Dissection alors que pourtant… Mais avant d’en arriver aux explications, faites coucou à nos voisins d’Outre-Rhin, contrée riche en actualité metal extrême en cette fin d’année.

Un fort feeling années quatre-vingt-dix, ce sont les relents les plus immédiats de ce Blessed by the Light of a Thousand Stars (ont-ils voulu faire un concours de la plus longue avec Bal-Sagoth ? Perdu d’avance). De l’approche de ce black mélodique construit sur des riffs très classiques à la production un peu brouillonne et bien froide, l'appeau à souvenir est brandi. Même le chant tout ce qu’il y a de plus convenu renvoie à cette glorieuse période. Partant d’un tel constat, que pouvons-nous attendre d’une telle sortie ? Rien de moins que remuer les remugles du passé. Revivifier cette passion adolescente surannée par l’écoulement des tours de Soleil. Les Germains s’attellent à la tache avec la passion due pour invoquer ce grand passé dont désormais trois décennies nous séparent (paye ta vieillesse).
Ce que propose le groupe, ce sont des riffs mielleux sans trop en faire adossés à des roulements de double pédale lorsque le blast gentillet vient à passer le relais. Bien sûr, nous parlons musique extrême, et impossible de catégoriser l’ensemble « grand public », pourtant il y a un côté facile qui transpire de toutes ces arabesques voluptueuses non dénuées du côté thrash d’antan. Ce n’est pas l’interlude acoustique "The Foreshadowing Rite" (tenez, le voilà le Dissection !) qui viendra contredire cet état de fait. Dès lors, devons-nous condamner la musique sur cette maigre base ? Bien sûr que non tant qu’elle se maintient à flot et parvient à procurer à son auditoire une exaltation en miroir des émotions lointaines de ses descendants. Ce que fait fort à-propos Servant, son nom prémonitoire le marquant comme serviteur de notre nostalgie taillée dans le granit des années écoulées. Et puis le groupe reste capable de quelques « folies », comme le groove de "Destruction and Recreation".


Marrant comme un Thulcandra peut sonner comme un copier-coller et Servant comme une variation, très inspirée certes, mais variation. Bien que lesté d’un titre trop long, Blessed by the Light of a Thousand Stars parvient à se frayer un chemin à travers les embuches du passéisme. Aucun pousse-à-l’album-de-l’année évidemment, mais une sympathique distraction, réminiscence d’une époque révolue qu’on souhaite parfois réentendre. À point pour les fêtes de fin d’année.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4