19092

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 26 novembre 2022
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mikołaj "M." Żentara
(chant+guitare+basse)

-Maciej "Darkside" Kowalski
(batterie)

A participé à l'enregistrement :

-Mikko Aspa
(chant)

TRACKLIST

1) Residual Blight
2) The Pallid Scourge
3) Lost in Liminal
4) Apocalypticists
5) The Other Death
6) On the Essence of Transformation

DISCOGRAPHIE


Kriegsmaschine - Apocalypticists
(2019) - black metal - Label : No Solace



Ok, Kriegsmaschine a déjà sorti une première déclaration de guerre. Nous devrions désormais être fourbus à l’exercice (dans la futilité) désormais. Oui. Mais. Vous me voyez venir gros comme un trente-trois tonnes conduit par un Polonais.

Évolution et progression. Non pas au niveau musical, car si le duo se pare de quelques nouveaux atours, ceux-ci ne sont que cosmétiques et ne remettent fondamentalement pas en cause la manière de composer de la troupe. Kriegsmaschine est avant tout une plateforme de manifestation batteristique pour Darkside. La beauté de l’ensemble est qu’il tient entre les mains expertes de M. qui n’est pas qu’un simple faire-valoir aux multiples postes de chanteur, guitariste et bassiste. La pierre de rosette du groupe réside ici, l’association dans l’accession au Panthéon de deux musiciens qui se comprennent et se complètent sur un niveau quasi fusionnel. Car les riffs de M. sont toujours aussi insidieux, tendance dissonants sans véritablement se livrer entièrement dans le style. Tenant souvent sur quatre ou cinq accords, leur maestria éclate dans leur discrétion. Faussement binaires, ils supportent des compositions où l’éclat de nuit brille derrière le kit.
Car Darkside a progressé. À un tel point qu’il n’arrive désormais plus à user des artifices simples du poum-tchac qui avaient encore droit de cité sur le précédent effort, Enemy of Man. Maintenant le batteur s’assume totalement. Il va au bout de ses idées, ne se détourne plus d’un objectif qui relève presque de la salubrité publique tant on sent une force motrice derrière : se faire plaisir. Darkside a décidé de lâcher les chevaux sans regard arrière et cela s’entend. On franchit clairement un palier dans le funambulisme constant de son jeu. Si vous aviez pris votre pied avant grâce au travail sur les cymbales, vous allez littéralement jouir sur cet effort. Il n’est probablement pas une seule rythmique simple à suivre (anecdote marrante à ce sujet : Darkside a été « obligé » d'enregistrer une vidéo de répèt' pour prouver que c'est bien lui, un humain, qui joue). Aucun moment où Darkside ne montre de réticence à aller contre l’attendu. Ses mains et ses pieds semblent totalement hors de contrôle. Pourtant, l’immense classe de cette sortie trouve sa source dans sa maîtrise. Car si M. est tout à son affaire dans sa sobriété trompeuse, Darkside entre en communion avec votre âme (de batteur).
Alors oui, les critiques sont faciles et je les entends parfaitement. Sommes-nous toujours dans le royaume du black metal et de la musique ? Du black très certainement malgré l’absence complète de blast. L’atmosphère froide, l’agression du chant en attestent. La musique évidemment également, les riffs de M. sont bien présents tandis que la batterie de Darkside se mue toujours avec cette facilité déconcertante en pourvoyeuse de mélodies. Mais oui, il est tout à fait entendable d’être en présence d'un album abscons à la lisière de l’audible parfois. Sauf que ce n’est pas le cas de votre obligé. Et il suffit d’entendre les tous premiers travaux sur les rythmiques et les cymbales de "Residual Blight" pour comprendre que nous avons à faire à quelque chose de très spécial. Alors certes l’effort est particulier, clairement pas adressé à tous, mais le résultat est… détonnant. Ou dantesque ? Au fond, êtes-vous un animal mélodique ou rythmique ? De cette réponse découlera votre degré d’appréciation d’un album qui met en duel avec un monstre. Car rarement, et peut-être jamais dans le black, la musique n’a autant reposé sur le talent d’un seul monsieur armé de baguettes.


Encore une fois, soyez prévenus de là où vous mettez les pieds. Ceci est avant tout un album de batteur aimant le black metal et non l’inverse. Le coup de génie réside finalement dans la présence discrète, mais ô combien indispensable, de M., tout en humilité et efficacité. Et vous aurez évidemment compris que Darkside éclabousse partout, tout le temps, en permanence de son immense talent. Et faites-moi plaisir, écoutez cette absurdité avec un équipement sonore à la hauteur.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2