19231

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 29 avril 2023
Sa note : 15/20

LINE UP

-Davide Straccione
(chant)

-Gabriele Glaccari
(chœurs+guitare)

-Raffaele Colace
(chœurs+guitare)

-Matteo Capozucca
(chœurs+basse)

-Emiliano Cantiano
(batterie)

TRACKLIST

1) Transitory
2) Destination Woe
3) The Last Flower
4) Darkness Won't Take Me
5) Nothing Left to Burn
6) Old Scars
7) The First Son
8) A Nature in Disguise
9) My Darkest Years
10) Fading as One
11) A New Death is Born
12) Underwater Oddity (bonus)
13) Blazing Sunlight (bonus)

DISCOGRAPHIE


Shores of Null - The Loss of Beauty
(2023) - doom metal gothique - Label : Spikerot Records



L’Italie, c’est comme la France. Un démarrage poussif, en comparaison avec les voisins anglo-saxons et nordiques, puis une montée en puissance certaine depuis presque deux décennies. Du côté est des Alpes également, on trouve maintenant une palanquée de bons groupes, et le doom n’est pas une exception.

Rome est-elle une terre propice au doom ? Présents sur la scène transalpine depuis une petite dizaine d’années, les Romains de Shores of Null officient dans la même catégorie que The Foreshadowing, également natifs du Latium. Les deux groupes ont même plus en commun qu’une simple appartenance à un sous-genre abritant encore pas mal de variétés en son sein. D’une part, les deux formations comptent dans leur rang deux vocalistes extrêmement talentueux. Marco et son registre à la Dave Gahan, d’un côté, Davide de l’autre. Le timbre de ce dernier, puissant, juste et clair, constitue d’une certaine manière la version premium du chant de Nick Holmes. Amateurs de tempos globalement lents mais pas trop, trop, les deux groupes possèdent, d’autre part, une attitude musicale humble et créent des compositions qu’il faut apprivoiser peu à peu. Shores of Null montre néanmoins plus les dents que The Foreshadowing, Davide n’hésitant jamais à growler comme il faut dès que le besoin s’en fait sentir. Sur The Loss of Beauty, quatrième opus de la bande, il constitue l’un des grands atouts des neuf compositions où il chante - on exclue l’intro "Transitory" et "The First Son", joli intermède mélancolique.
L’autre grande force du nouvel album de Shores of Null est sa constance et sa recherche permanente de mélodies travaillées, mais pas immédiates, un peu à la manière de The Wounded. Le rendu est un ensemble compact où le groupe sait varier le tempo, la deuxième moitié de "The Last Flower", tout comme "My Darkest Years", se jouant presque sur du blast (presque, hein, faut pas exagérer non plus…). Sur ce dernier titre et encore plus sur l’excellent "Destination Woe", la température monte de quelques degrés et les mélodies proposées, couplées aux alternances de chant clair et de growl, font penser irrémédiablement au In Vain des bons moments. Le reste du temps, le tremolo picking des guitares nous emmène sur des terrains plus gothic metal, un peu à la manière des Hollandais évoqués plus haut. L’ensemble s’avère très plaisant, même si la constance du groupe est une arme à double tranchant. Elle permet à Shores of Null de nous donner un disque plein, sans fillers, mais cette manière de jouer toujours avec la même intensité possède aussi ces limites : une certaine monotonie s’empare de l’auditeur au fil de l’écoute. Cette absence de montagne russes est peut-être ce qui manque à l’œuvre pour prétendre au statut d’album majeur. The Loss of Beauty n'en reste pas moins un des meilleurs efforts doom de ce début d’année, effort que je vous conseille d’aller voir en live : les gars sont réellement bons !


The Loss of Beauty s’apprivoise lentement et plus le temps passe, plus la sobriété des compositions s’efface, laissant agir le charme discret d’un groupe sûr de sa force. Si l’on ajoute à la solidité de l’ensemble le remarquable travail vocal, on tient ici une nouvelle belle sortie doom. Très recommandable.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4