19272

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 25 juin 2023
Sa note : 11/20

LINE UP

-David Oberthaler
(chant)

-Ramon Locher
(guitare)

-Claudio Dotta
(guitare)

-Thomas Zellweger
(batterie)

TRACKLIST

1) The Silent End of a Bastard Breed
2) Garden of Imperfection
3) The Dreamless Void
4) Miscreation
5) Extinction Hours
6) Pandemonic
7) Novas Womb
8) Crawling Existence
9) Thanatos

DISCOGRAPHIE

Miscreation (2023)

All Life Ends - Miscreation
(2023) - death metal metalcore - Label : Black Sunset



« -Non je ne l’ai pas dit non mais !
-Je te jure que je t’ai entendu le penser, t’es vraiment un haut représentant de la mauvaise foi.
-Penser n’est pas tromper, oh et puis flûte ! Oui, et A-LORS ? Quand on entend, on entend, notre cerveau ne peut s’en empêcher !
-Et pourquoi on s’encanaille déjà ?
»


Oui pourquoi ? Tenez, pour All Life Ends, tout ce déferlement de violence verbale gratuite. La fatuité de notre conditionnement social, me direz-vous, et vous avez bien raison. All Life Ends fait penser à Amon Amarth pour ses mélodies rageuses, à Marduk pour les attaques blastées et même un poil de Gojira pour le tapping. Et à d’autres groupes très orientés règne du monde death mélodique avec possibles incartades dans le death plus classique. Car les références au black metal sont ténues, les Suisses jouant clairement du côté death mélo de la force (outre les riffs il suffit d’entendre les soli dont la vocation semble être l’ajout de mélodies complémentaires). Au final, seul le chant paraît curieusement agressif dans la mêlée. Mêlant habilement le caverneux aux stridences plus -core, il plonge les tympans dans l’embarras quant à son association avec les compositions. Il n’en demeure pas moins agréable, que cela soit écrit, tout autant qu’il donne une caution virile à l’ensemble.
Non pas que le death mélodique (à tendance metalcore selon metal-archives, pourquoi pas, les nombreux glissements mélodiques de guitare sont effectivement à rapprocher du genre) soit d’une inoffensivité galopante, seulement il ne s’agit constitutivement pas du genre le plus effrayant qui existe. Bref, c’est un débat de philosophe métastasant cette chronique. Miscreation se perçoit comme l’agrégation de chansons fort honnêtement composée dont le principal tort est de s’en tenir à un niveau agréable mais sans plus. Les influences sont évidentes et il manque le surplus de talent nécessaire pour passer la barre (je viens d’apprécier un Thulcandra qui en terme d’influences se pose là). Car le déversement continu des mélodies lasse lorsqu’il n’est point suffisamment rehaussé d’accroches musicales. All Life Ends se contente de bien faire son taf, pourvoyeur de mélodies. Point de curiosité : aucun bassiste n’est crédité, et ce n’est pas le mix qui entérine une quelconque présence en studio…


Sympa, voilà. Alors certes, j’ai bien conscience ne pas être le plus grand amateur de mélodies de cette Planète, pour autant je ne vois pas un fan du genre se gargariser puissamment de cette sortie. Il ou elle sera content probablement. De là à terminer dans un top de l'année…





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5