19275

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 28 juin 2023
Sa note : 6/20

LINE UP

-Clare "Rosmerta" Butterfield-Elséy
(chant)

-Thomas Blanc
(chant)

-Douglas Melchiades
(guitare)

-Rich Gray
(basse)

-Federico Leone
(batterie)

-Paulo J. Mendes
(orchestrations)

TRACKLIST

1) Scalas Ad Inferos
2) Cruxis Inferni
3) In Flamma Peribimus
4) Maledictio Animae
5) Pandemonium
6) Obscura Ascensionis
7) Pergame Altare
8) Abominatio Alchimiae
9) Malum Supplicium

DISCOGRAPHIE


Caedeous - Malum Supplicium
(2023) - black metal - Label : Black Sunset



Vous voulez un peu de black symphonique ? Un truc bien pompeux et bien puissant, avec chœurs, orchestrations et chant criard mais opératique ? Vous voulez des compositions bien construites, qui amènent quelque part ? Vous voulez la chevauchée des Valkyries version black metal, une musique qui vous emmène en Enfer avec classe ? Ce n’est pas avec Caedeous que vous la trouverez.\

Le groupe est portugais, et Malum Supplicium son troisième album. Paulo Mendes, la tête pensante, s’est entouré du bassiste d’Annihilator et du chanteur d’Helioss pour ce disque. Des gens talentueux, donc. Malheureusement, le talent fut gâché. Je ne peux que conjecturer : est-ce un problème technique ? Un problème de communication ? Un peu de tout cela ? Mais il faut bien avouer que le disque est un ratage sur presque tous les niveaux. Commençons par les compositions : elles sont toutes chaotiques, confuses. Chaque morceau sonne de la même façon : des couches orchestrales avec du chant crié et des blast beats. Cependant, il n’y a pas de cheminement, de structure, d’histoire. Impossible de distinguer un morceau d’un autre. Pire, l'ensemble se révèle tellement incohérent et sans logique que l’impression d'écouter deux pistes superposées est forte.
À part l’introduction, qui s'avère d’ailleurs la moins mauvaise piste de l’album, le reste est non seulement décousu, sans structure ou acheminement, mais aussi mal produit. Les guitares sont à peine audibles, la basse encore moins. Sur "In Flama Peribimus", la guitare rythmique s’entend un peu mais il n’y a aucun riff. De manière générale, il n'y a aucune musicalité dans l’ensemble, même pour du black metal. La faute aux orchestrations très mises en avant dans le mix : elles ne sont pas mélodieuses et sans structures. Il n’y a pas de riffs, pas de rythmique sauf des blast beats presque continus ("Pergame Altare" est un bon provocateur de migraine avec la batterie qui tape monotonement sans interruption). Les paroles sont à l'avenant, sur "Maledictio Animae" avec l'utilisation du très cliché « Why have you forsaken me ? ». L’album est censé être un concept, mais en réalité il n’y a aucun fil directeur.


Bref, s’entourer de beaux noms ne suffit pas. Le manque de talent dans la composition combiné à une production de mauvaise qualité pèsent bien plus dans le résultat final. Rien à sauver de ce disque complètement oubliable et sans aucune qualité.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7