19346

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 24 octobre 2023
Sa note : 14/20

LINE UP

-Åsmund Lande
(chant+guitare)

-Peter Larsson
(chant+guitare+harmonica)

-Knut-Oscar Nymo
(chant+basse)

-Simen Nyutstumo Stensland
(claviers)

-Eivinn Arctander
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Nelly Marie Hansen
(flûte)

-Sindre Blostrupmoen Mølmen
(trompette)

-Bendik Brænne
(saxophone)

-Erland Dahlen
(percussions)

TRACKLIST

1) Den vanskelige tida er nå
2) En dans på nevroser
3) Ikke la dem dra deg ned
4) Når de døde danser
5) Där jag står
6) Vårt andre hjem
7) Tiedemanns tobakk
8) Prinsessa på alerten
9) Selv om du hater meg nå
10) Porselen
11) Klikk!

DISCOGRAPHIE


Oslo Ess - Oslo Ess
(2023) - punk tendance pop-punk - Label : Indie Recordings



Mon premier amour musical a été le punk rock. J'ai toujours gardé le plaisir d’écouter cette musique énergique, simple et mélodique. Oslo Ess est un groupe qui officie depuis une douzaine d’années et sept albums. Je ne le connaissais pas, même pas de nom, un patronyme qui indique clairement sa provenance norvégienne.

La musique du groupe tape ici dans un punk-rock très pop punk. Les gars troquent souvent la distorsion pour l’overdrive. Un côté frais, parfaitement adapté à sa sortie en ce mois de septembre brûlant. En cela, la mission est remplie. L’ensemble est catchy et donne la pêche. Pourtant, tout commence sur un premier morceau mélancolique ("Den vanskelige tida er nå"). Dès la deuxième piste, on a droit au tube de l’album ("En dans på nevroser"). Du lourd, prenant et efficace, à la mélodie qui fait mouche. "Där jag står" fait également le taf dans le genre popisant. Tout cela sonne forcément déjà entendu, les Norvégiens ne cherchant pas à réinventer la roulette, mais ils possèdent un vrai sens de la mélodie.
Oslo Ess possède cependant quelques particularités. La première est le chant en norvégien. Mélodiquement, cela ne change pas grand-chose, on aurait pu craindre le pire (c’est une des langues les plus désagréables qui m’aient été donné à entendre). En revanche, cela empêche de clamer les refrains. Dommage. Ensuite, quelques influences ska font que des cuivres sont régulièrement ajoutés aux compositions. C’est toujours bien fait, même si "Når de døde danser" vire à la barmitsva d’Europe de l’Est… Oslo Ess possède ainsi quelques morceaux marquants pour ne pas ennuyer son auditeur (le très festif "Vårt andre hjem" et son solo de saxophone). Un peu d’essoufflement sur la fin empêche le tout d’être davantage qu'un album sympa, mais c'est déjà pas mal.


Cet album éponyme d’Oslo Ess est une bonne surprise. J’ai découvert un groupe qui avait un véritable sens des mélodies. Empreinte d’une mélancolie plus ou moins diffuse selon les morceaux, leur musique fait souvent mouche. Il manque juste un petit truc pour aller plus loin. Mais côté divertissement, le résultat est là.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1