19531

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 22 mai 2024
Sa note : 17/20

LINE UP

-Jamie Bailey
(chant+basse)

-Mike Bailey
(guitare)

-Brennan Shackelford
(batterie)

TRACKLIST

1) Diabolical Edict
2) Fall Of The Leaf
3) Theresiana
4) Of Pillars and Trees
5) Tenaillement
6) Maleficium
7) VII Nails
8) Vredens Dag
9) Suffocation in Ash
10) Harbinger of Woe

DISCOGRAPHIE


Brodequin - Harbinger Of Woe
(2024) - brutal death - Label : Season Of Mist



Août 2023. Surprise. L’on annonce le retour de Brodequin. Près de deux décennies se sont écoulées depuis la sortie de leur dernière œuvre. En ce début d'année 2024, la nouvelle se concrétise. Harbinger of Woe sera bel et bien le quatrième album du groupe. Nouvel étonnement quant au label qui a décidé de le promouvoir, puisque ce sont les Français de Season Of Mist qui s’y attèlent. Pas forcément la maison de disque à laquelle l’on songe en matière de brutal death.

Des interrogations se posent naturellement. Ce partenariat ne signifierait-il pas un adoucissement musical ? La sortie des premiers extraits rassurera. Brodequin semble toujours avoir pour but de proposer une musique des plus brutales. Alors, oui, on peut noter d’emblée que le propos est ici plus accessible que par le passé, eu égard à une production puissante et moderne, assez éloignée de ce que l’on pouvait entendre sur leurs deux premiers disques. Comme l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, c’est Mike Bailey qui s’en est chargé, l’enregistrement ayant été réalisé par Josh Welshman, chanteur de Defeated Sanity. Dans le milieu du death brutal, Brodequin a toujours eu la cote, grâce à des compositions efficaces et agressives. La nouvelle cuvée va donc profiter de ce savoir-faire, proposant des morceaux aux riffs tranchants, comme "Vii Nails", ou l’introductif "Diabolical Edict". La technique implacable de Mike Bailey à la guitare, toujours aussi précise et dévastatrice, se marie parfaitement avec la batterie de Brennan Shackelford qui a rejoint le groupe en 2020.
L'album ne connaît aucun temps mort. À peine de plus de trente minutes suffisent à offrir une leçon de violence des plus jouissives. Le chant de Jamie Bailey est toujours aussi impressionnant. Son growl guttural, qui, s’il peut sembler manquer de finesse, s’accorde parfaitement au propos de ses camarades. Brodequin ne fait pas dans la dentelle et les paroles, toujours aussi sombres et inspirées des pires pages de l'histoire, plongent l'auditeur dans un univers macabre et fascinant. Pour ceux qui l’ignoreraient, le trio s’évertue à conter les tortures médiévales avec délectation. Quelques changements sont cependant à noter, comme la présence d’arpèges au milieu de "Of Pillars And Trees", qui offrent une respiration dans cette déferlante de virulence. D’aucun y verront une facilité, voire un ramollissement de la troupe. Soit. Brodequin n’est plus aussi extrême qu’auparavant, mais sa musique demeure cependant d’une grande brutalité.


Harbinger of Woe est sans aucun doute l'un des albums les plus aboutis de Brodequin. Les plus férus de violence regretteront peut-être les plus anciennes pièces, qui allaient encore plus loin dans l’extrême. Il faut cependant louer le talent des frères Bailey et de leur acolyte pour avoir offert un disque qui marquera à n’en point douter cette année 2024. Intense et réussi.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1