19547

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juin 2024
Sa note : 16/20

LINE UP

-Maxime "Achlys" Roos
(chant)

-David "Ægir" Servant
(guitare)

-Gelgjer
(guitare)

-Alexandre "Hecatoncheire" Blanjoie
(basse)

-Zhand
(batterie)

TRACKLIST

1) A Striking Realization...
2) Ancient Gods
3) The Spirit of Wendigo
4) Locus
5) Through the Hurricane
6) Ritual
7) Arrival
8) Voices of a Dissonant System
9) The Axiom of Victory
10) An Era of Shame
11)...To Come to a New Beginning

DISCOGRAPHIE


Eternal Hunt - An Era of Shame



En quoi Jacques Chirac s’est-il différencié des autres présidents de la République Française ?
a) Il est le seul à avoir tenu ses promesses électorales
b) Il n’a jamais eu la moindre casserole politico-judiciaire
c) Il était féru de black metal
d) Aucune des réponses antérieures
Bon, c’est facile, c’est la d. Mais, clairement, s’il avait fallu choisir une réponse, la c faisait l’affaire. Merci qui ? Merci Eternal Hunt !


« Notre maison brûle… » C’est en sursautant, et pas qu’un peu, que j’ai commencé l’écoute d’An Era of Shame, premier méfait du combo montpelliérain. S’il y a bien une personne dont je ne m’attendais pas à entendre la voix sur un album de black metal, c’était le défunt auteur de maximes passées à la postérité telle que « C’est abracadabrantesque ! », « Elle veut mes c***s sur un plateau ? » ou « This is not a method! ». Néanmoins, une fois la surprise passée, tout se tient : la phrase en question parle de notre suicide écologique, elle a donc tout à fait la place en introduction d’un album évoquant cette thématique. Ecologie et black metal ? Deux possibilités : ou bien An Era of Shame se la joue pagan, trip nature avec cithare, vielle à roue et feu de camp, ou bien Eternal Hunt décrit la vision apocalyptique d’un monde exsangue. Les musicos ont clairement choisi la deuxième option en nous proposant un black metal costaud, abrasif et plutôt dissonant, dans la mouvance de ce que l’on pourrait nommer l’École Franco-Islandaise de Black Metal. Rythme globalement rapide, voix graves, puissance des guitares qui ménagent néanmoins un certain espace pour la mélodie, loin d’être totalement absente de l’œuvre. On a donc déjà entendu le mélange offert ici, mais Eternal Hunt s’avère plutôt doué dans la composition de titres impactants, et surtout extrêmement convaincant dans le domaine de l’intensité déployée.
L’album démarre pied au plancher avec les deux uppercuts que sont "Ancient Gods" et "The Spirit of Wendigo", où Zhand et Achlys le déclameur énervé nous mettent tout de suite au parfum de ce que sera l’album, à savoir une ode à la puissance et à la rage. Même si les deux titres suivants mettent un peu plus l’accent sur l’aspect mélodique de leur musique - les guitares lead sont de sortie et ne se montrent pas maladroites du tout dans cet exercice - lorsque la mini-trêve hypnotique constituée par les deux premiers tiers de "Ritual" arrive, nous pouvons raisonnablement penser qu’après une telle débauche d’énergie, nos guerriers vont lever quelque peu le pied. Que nenni ! Après la « pause », le groupe met l’accent sur la dissonance et nous balance les titres les plus intenses de l’album à la gueule. N’essayez pas d’approcher votre main lorsque les musiciens exécutent les brûlots que sont "Voices of a Dissonant System" et l’aosothien "The Axiom of Victory", les gars sont capables de vous bouffer le bras jusqu’au coude ! Cette séquence de deux titres s’avère tout bonnement impressionnante. Simple, compacte, un véritable déferlement. Alors, première œuvre oblige, tout n’est pas parfait. Les modulations mélodiques entrevues sur "Through the Hurricane" ne sont pas ce que le groupe a fait de mieux, et le titre éponyme n’est pas non plus à la hauteur des furies précédentes, mais globalement, cet Era of Shame constitue une sacrée entrée en matière. Et on attend Georges Pompidou pour le deuxième album !


An Era of Shame est un condensé d’énergie brute mais maîtrisée. Plus énervés que Greta lâchée au siège de la Fédération Internationale de Tractor Pulling, les gars d’Eternal Hunt nous offrent pas loin d’une heure d’un black metal bien construit, très agressif mais pas bas du front. Un excellent départ !





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5