19552

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 12 juin 2024
Sa note : 12/20

LINE UP

-Nadine "Askahex" Lehtinen
(chant+basse+violon)

-V Noir
(guitare+basse+batterie+programmation)

TRACKLIST

1) The Witch (Was Born in Flames)
2) Ruler of Chaos
3) We Wander the Winter Forest
4) Trip to a Solitary Moon
5) Vessels of Sacrifice
6) The Fire Lake: Death of Souls
7) Profound Eyes

DISCOGRAPHIE


Ernte - Weltenzerstörer
(2024) - black metal - Label : Vendetta Records



« - Dis papy, tu voudrais pas me raconter cette histoire où tu as confondu deux groupes ? »...
Hé ! Tu te moquerais pas un peu de ton lectorat, chroniqueur TheDecline01, par hasard ? On t’a grillé avec ton auto-pompe, c’est l’intro de la chro de l’album précédent !
Misère… vous êtes bien attentifs pour des demeurés. Crotte. Va falloir opter pour un autre angle d’attaque. Et si je vous disais Darkthrone, Shining, Lantlôs ?


Non pas que Ernte en soit une bête singerie, mais mélangez donc ces trois références dans leurs périodes les plus black metal respectivement. On retrouve ainsi le grain de guitare de Darkthrone quand il était encore tout noir, et même une certaine propension glaciale dans les riffs. Du Shining suicidaire excessivement noir des débuts, la côté lancinant qui prend à la gorge pour ne pas vous lâcher à moins que la mort ne nous sépare. De Lantlôs, le son du premier album et ce goût pour les incartades plus claires. Bref, ce Weltenzerstörer (merci la galère à écrire) rappelle les années les plus noires du metal noir, ce qui en soi est une bonne chose sous mes doigts de fée d’ailleurs.
Ernte nous abreuve des délices des effluves frigorifiques tant adorées du style qui nous préoccupe. Ces guitares stridentes, lointaines et glaciales, abrasives dans le tympan… c’est bô. Car le black metal se veut musique vectrice d’atmosphère, et la voici haute perchée. Dès lors, peu besoin de recourir aux blasts pour agresser un auditeur dont les pas chancelants l’amènent en plein cœur de la forêt boréale, fracassée de givre dont la morsure glaciale hante chacun de ses mouvements. Pourtant, et heureusement, ils parsèment l’album de leur présence réconfortante et sauvagement puissante. Surtout qu’en premier plan, les hurlements psychotiques d'Askahex malmènent nos neurones. L’intention est clairement à la perturbation émotionnelle, but atteint.
Cela ne garantit pas un classique instantané bien sûr, mais partez assurés qu’a minima vous serez rassasiés de votre désir en black metal lancinant et strident. Si vous cherchez du blast et de la mélodie facile, passez sagement votre chemin car ce n’est pas l’objectif de cette sortie. Ernte a pour mission de vous phagocyter afin de vous recracher un homme, une femme nouvelle, plus désespéré, plus proche de la lumière au bout du tunnel. Le duo y parvient avec une certaine maîtrise sans nécessairement convaincre de A à Z. Le problème de ce type de musique reste cette possibilité de former un temps long, ce qui se matérialise inévitablement car la qualité des compositions ne monte pas suffisamment haut.


Un reproche qui ne doit pas masquer une livraison tout à fait honnête tant dans son fond que sa forme. Il est même à parier qu’elle aura ses défenseurs acharnés. Pour ma part, je reste sur ma faim. Les compositions auraient dû être plus hypnotiques, agripper plus fermement mon attention pour se hisser dans la cour des indispensables.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6