4879

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Teloch
(guitare)

+guests

TRACKLIST

1)Gasmask Prince 
2)Lik Ulven
3)Under The Black Flag 
4)Decomposers
5)Knokkeklang 
6)Slagens Barn 
7)Onwards! Onwards!
8)Tesla

DISCOGRAPHIE


The Konsortium - The Konsortium
(2011) - black metal thrash metal avant-gardiste - Label : Agonia Records



Faire du black metal quand on est norvégien, ça n'est pas aussi simple que cela. Au-delà de l'histoire rocambolesque du genre qui a mis inopinément ce paisible pays scandinave sous le feu (si vous me permettez) des médias au début des années 90, le glissement entre l'étiquette « black metal » et la Norvège est inconsciemment devenu immédiat. Est-ce le résultat d'un matraquage médiatique ?  Peut-être, mais bien au-delà des clichés visuels, des « corpse painting », des ostentations sataniques ou des paysages enneigés, on oublie souvent ce que les groupes originels norvégiens ont réellement apporté : le frisson.
 
La peur, la terreur, les sueurs froides, l'insomnie : bref, la torture psychologique, voilà ce que le « Nowegian Black Metal » a produit. A l'écoute de ce premier album éponyme de The Konsortium, on ne peut que constater avec admiration comment les Norvégiens maîtrisent leur art. Blasts dévastateurs, guitares tranchantes, riffs stridents, rythmiques oppressantes, chant inquiétant et grognements cadavériques sont au menu, dans la pure tradition malsaine du genre. Si le groupe vous est totalement inconnu, sachez que la tête pensante du combo est Teloch, actuel guitariste de scène de Mayhem et musicien de session pour Gorgoroth ou encore 1349. Toutefois, ne vous méprenez pas, le black metal de The Konsortium est bien loin d'être qualifiable de « true ». Le son est clair et d'une précision chirugicale, loin de la crasse et de la brume de ses aînés.
 
A y voir de plus près, The Konsortium s'apparente au black metal essentiellement par l'ambiance mais musicalement, les Norvégiens prennent de nombreuses libertés. Voilà le paradoxe assez inhérent à l'album, on est en-deçà et au-delà du black metal. Le combo parvient à extraire l'essence venimeuse du genre tout en la sublimant et s'en éloignant. Malgré tout, une référence loin d'être anodine se distingue très nettement au fil des écoutes, il s'agit d'Emperor. Cependant, aucun élément symphonique n'est à déclarer et de par sa production et ses différents métissages, on qualifierait bien plus le groupe de moderne que d'old-school. Alors quoi ? Difficile à dire, mais l'ambiance d'une part, et le côté avant-gardiste apporté par la grande variété de l'ensemble d'autre part sont des éléments de réponse.
 
Si "Lik Ulven" et "Knokkeklang" dégainent l'artillerie lourde avec une déferlante de blasts et riffs, le mid-tempo "Under The Black Flag" se démarque par sa rythmique thrash efficace. Le chant clair occupe une part non négligeable dans un style théâtral et grotesque pas si éloigné d'Arcturus. "Decomposers" pose quant à lui une ambiance vraiment glauque en ralentissant nettement le tempo et les chœurs plaintifs et inquiétants finissent de ternir de tableau. La fin de l'album reprend toutes ces caractéristiques pour des morceaux plus variés, alternant ambiances oppressantes et accélérations soudaines tout en gardant ce petit grain de folie. Malheureusement, on peine à retenir de bons morceaux, car si certains développements sont intéressants et que l'ambiance glaciale demeure saisissante, jamais le groupe n'arrive à concrétiser tous ces espoirs qu'il porte en lui.
 
Quel bilan tirer de ce premier album ? La déception est là, car sur le papier, la description est alléchante et l'approche intéressante mais tout cela dessert finalement des morceaux qui n'arrivent jamais à vraiment à retenir l'attention. La remarque put s'appliquer à toutes les pistes, il manque un petit truc, une accroche qui fasse que la sauce prenne vraiment et que la musique parvienne à la hauteur des idées développées. Au final, The Konsortium livre un premier album tout à fait correct et agréable à écouter, en espérant que ce fort potentiel soit mieux exploité dans le futur !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1