CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
le 09 février 2023




SETLIST


AFFILIÉ

Origin
Black Lab Wasquehal
(09 avril 2024)

Monstrosity
De Verlichte Geest - Roeselare
(23 mai 2019)

11 janvier 2023 - De Verlichte Geest - Roeselare


Origin_-_Monstrosity_-_Reject_The_Sickness_De_Verlichte_Geest_-_Roeselare_20230111

À l’annonce du Monsters of Death, nombre d’amateurs de violence musicale se sont émus. Cette tournée européenne assez courte avait en effet de quoi faire saliver. Deux grands noms du death ont décidé d’unir leurs forces, afin de molester comme il se doit nos délicates oreilles. Les brutes techniques d’Origin et les cultes Monstrosity ont eu la bonne idée de passer à moins de deux heures de chez moi. Immanquable.

Le 11 janvier, je me suis donc rendu à Roeselare dans la petite, mais très agréable salle, De Verlichte Geest, qui propose souvent des soirées de qualité. Le temps de trajet ne m’a malheureusement pas permis de voir les Estoniens de Intrepid. Mais je suis à l’heure pour voir les régionaux de l’étape, REJECT THE SICKNESS. Formé en 2007, ce groupe évolue dans un style moderne, à la croisée du death mélodique et du metalcore. La prestation des Belges est de bonne facture. La formation connait son sujet et offre un set sérieux et très efficace. On pourra toutefois noter le léger décalage stylistique par rapport au reste de l’affiche, mais le quintet parvient cependant à convaincre l’assistance avec des riffs puissants faisant la part belle aux mélodies. Guy au chant est très à l’aise et sa joie d’être sur scène est visible. Après une bonne demi-heure de musique, Reject The Sickness quitte les planches pour laisser place aux gros morceaux de la soirée.
Pour débuter, un met de choix. Les États-Uniens d’ORIGIN prennent possession des lieux et sans attendre se montrent d’une agressivité impressionnante. Première fois que je vois le groupe sur scène et autant le dire sans ambages, j’en prends plein la figure. Je me doutais bien que la formation ne ferait pas dans la dentelle, mais une telle puissance a de quoi étonner. Le son est très bon et permet aux compositions de prendre une nouvelle dimension. Paul Ryan impressionne avec ses riffs aussi rapides que techniques, bien soutenus par la section rythmique, en forme olympique. John Longstreth ne ménage pas ses efforts et martèle ses futs avec une violence peu commune. La troupe est menée de main de maitre par le charismatique Jason Keyser, qui éructe ses paroles avec brio. Origin avait promis un set axé sur leur dernier album, Chaosmos, paru en 2022 chez Agonia. Quatre morceaux de cette livraison seront exécutés ce soir, sur les quatorze proposées. Tous les albums des Kansasais répondent présents à l’appel, bien que les sorties les plus récentes soient mises à l’honneur. Petite déception, d’un point de vue personnel, de n’entendre que "The Aftermath" de mon disque favori, Antithesis. Mais ne boudons pas notre plaisir et sachons apprécier à sa juste valeur ce death aussi brutal que technique. Il est en effet rare de rencontrer d’aussi solides formations du genre.
Après le cataclysme provoqué par Origin, il est naturel de se demander si MONSTROSITY saura faire mieux, ou du moins aussi bien. Pour les avoir vu en 2019 au même endroit, je n’ai finalement pas de grandes craintes. Le line-up présent ce soir est cependant différent de la dernière fois. Mark van Erp est à la basse et Justin Walker est aujourd’hui à la guitare. Le poste de chanteur est pour cette tournée tenu par Ed Webb, connu notamment pour avoir officié sur Back From Beyond de Massacre. Tout ce beau monde est une fois encore mené par le batteur-leader Lee Harrison. Le groupe est bien en place et, pour fêter les trente ans de son disque inaugural, a promis un show rendant hommage à ce dernier, Imperial Doom. Le public aura malgré tout la chance d’entendre des titres d’autres albums, puisque finalement, seuls trois titres d’Imperial Doom seront proposés. La setlist est donc équilibrée entre vieux morceaux, comme "Destroying Divinity" ou encore "Ceremonial Void" et d’autres pièces bien plus récentes, issues de leur dernière livraison. C’est avec plaisir que le groupe propose donc un large panorama de sa carrière à un public qui a répondu présent, ce qui est à relever, car le mercredi soir n’est pas le créneau le plus propice à attirer les foules. Comme attendu, la prestation est de grande qualité. Chaque membre est heureux d’être là et ça se ressent. Le son est bon et le set se déroule sans accroc. Le temps passe d’ailleurs très vite avec les Floridiens. Les trois rappels sont dégustés comme il se doit et c’est avec le très bon "Manic" que la troupe tire sa révérence. En ayant, une fois de plus, prouvé son statut de géant du death.


Les lumières se rallument et il est déjà l’heure de reprendre la route. La nuit qui s’annonce sera courte et la journée de labeur du lendemain certainement très difficile à supporter. Mais qu’importe. L’excellente soirée que nous venons de passer méritait ces petits sacrifices.
Merci encore à Lucas pour l’organisation de cette soirée !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3