1082

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Abbath
(basse+batterie+chant)

-Demonaz
(guitare)

TRACKLIST

1)Unsilent Storms in the North Abyss
2)Sign for the Norse Hordes to Ride
3)Sun No Longer Rises
4)Frozen by Icewinds
5)Storming Through Red Clouds and Holocaustwinds
6)Eternal Years on the Path to the Cemetary Gates
7)As the Eternity Opens
8)Pure Holocaust

DISCOGRAPHIE


Immortal - Pure Holocaust
(1993) - black metal - Label : Osmose



Attention ! Voici l'Immortal des presque débuts. Celui qui nageait en pleine vague de la reconnaissance black metal, de l'explosion du genre. En gros, pour faire très simple, une pureté originelle qu'il me semble impossible à l'heure actuelle pour le groupe de retrouver. Car ce Pure Holocaust annonce la couleur par son nom, c'est l'holocauste musical. Un travail de destruction qui, s'il n'est peut-être pas méthodique, est d'une pure efficacité. Immortal en 1993 est en effet ce groupe de vikings qui ne sait pas ce que faire de la musique calme veut dire. Pour tout dire, ils n'ont même pas encore découvert les arpèges qui d'habitude allègent leurs productions ( notamment le terrifiant Battles in the North).

Ici donc, tout ne sera prétexte qu'à enchaîner les riffs le plus rapidement possible et à rendre à l'état de poussière sa batterie. On pourrait croire que si l'album se résume à ça, il n'est que répétition et ennui ... et bien non. Bon d'accord, il faut avoir l'oreille exercée je l'accorde, mais on se rend compte vite fait que la maîtrise de Demonaz pour la composition est grande accompagné de son compère de toujours Abbath à la basse. Car autant ça décroche la machoire à chaque chanson, autant on sent bien que chacune a son identité propre. Et je rajouterai même que j'ai menti en disant qu'ils ne savaient pas ralentir le tempo puisque je suis en ce moment même bercé par un «slow», mais c'est juste pour repartir de plus belle, et montrer les talents du groupe pour distiller de froides et obscures atmosphères. Le dernier point fort de l'album, c'est sa production, à la ramasse puisqu'à l'époque Immortal n'était pas encore la légende qu'il est devenu. Elle donne à vos oreilles la délectable sonorité de guitare glaciaire. Mmmmmh ... c'est vraiment bon. Du pur black metal.

Maintenant, l'éternel point faible d'Immortal, son chant ... il chante vraiment comme un crapaud ce Abbath. Franchement, ce ne serait pas du luxe que de trouver un vrai chanteur de black metal. Mais faites fît de ce minuscule pour vous rendre à l'évidence que si Immortal est aujourd'hui un groupe culte, c'est grâce à la surpuissance de ses albums, notamment les premiers qui sont des modèles de black metal. Bien sûr celui-ci ne déroge pas à la règle. Du grand black metal.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1