1148

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été mise en ligne le 22 octobre 2007
Sa note : 7/20

LINE UP

-Elodie Desbarbieux
(chant)

-Johann Cadot
(chant+guitare)

-Cédric Djelassi
(guitare)

-Thomas Pailler
(claviers)

-Julien Peuch
(basse)

-Emeric Arnaudeau
(batterie)

TRACKLIST

1)Whispers of the Sea
2)Now Hell
3)Whispers of Peace
4)Different Sides, Same Thoughts
5)Whispers of Love
6)Love Ecstasy
7)Whispers of the Jester

DISCOGRAPHIE


Asylum Pyre - Whispers Of The Power (démo)




Whispers Of The Power est la première démo du jeune groupe français Asylum Pyre, qui définit volontiers sa musique comme un mélange de différentes influences metalliques : speed mélodique, heavy, lyrique, symphonique, et progressif. Un programme ambitieux, qu’une auto-production ne permet évidemment pas de savourer à sa juste mesure. Mais là n’est pas le seul problème.


Le côté symphonique est effectivement très présent, le clavier de Thomas Pailler se taillant au sein de chaque morceau une place essentielle. Accolé aux vocalises d’Elodie Desbarbieux, l’influence Therion se fait très perceptible, surtout quand Johann Cadot se la joue baryton ("Now Hell"). Très vite, on passe au heavy-metal traditionnel, voire au speed, et outre les limites prévisibles de l’auto-production (son de batterie insupportable, guitare lead catastrophique), l’on s’aperçoit que les deux chanteurs ont une certaine marge de progrès devant eux. Cette démo a été enregistrée fin 2005 ; on peut raisonnablement penser que la situation s’est améliorée depuis.

En effet, lorsque l’influence du Nightwish de la première ère (Angels Fall First) s’installe, avec ses plages acoustiques, on entend un Johann Cadot à peu près aussi à l’aise que Tuomas Holopainen à l’époque ("Whispers Of The Jester"). Le gros morceau de cette démo est "Different Sides, Same Thoughts", du haut de ses 11 minutes, rameutant à lui tous les styles abordés par Asylum Pyre, et bénéficiant d’un effort réel de construction. Mais au sein d’un tel essai, les écueils cités en apparaissent d’autant plus exacerbés. Notons une utilisation du piano sur gros riffs rappelant vaguement Pain Of Salvation.


Très porté sur les tempi softs et lents, Asylum Pyre a sans doute une certaine originalité dans son approche de la musique, toutefois tant de défauts instaurent une distance irréductible entre l’ambition des musiciens et le résultat final sur galette. Du travail est nécessaire, incontestablement. Mais nous serons aux premiers rangs pour encourager le groupe français quand il prendra son envol !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2