6249

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 09 novembre 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ray Alder
(chant)

-Jim Matheos
(guitare)

-Frank Aresti
(guitare)

-Joey Vera
(basse)

-Bobby Jarzombek
(batterie)

TRACKLIST

1) One Thousand
2) Firefly
3) Desire
4) Falling
5) I Am
6) Lighthouse
7) Into the Black
8) Kneel and Obey
9) O Chloroform
10) And Yet It Moves

DISCOGRAPHIE


Fates Warning - Darkness In A Different Light
(2013) - metal prog - Label : Inside Out Music



Fates Warning n’est pas né de la dernière pluie. Fondé en 1982, il a été un des pionniers de la scène de metal progressif, tournant avec Dream Theater dans les années 90. Mais depuis 2004, silence radio, les membres ayant besoin de faire une pause, se lançant dans d’autres projets. Presque dix ans plus tard, des ajustements de line-up apportés, Fates Warning revient en studio et nous propose Darkness In A Different Light, ce qui constitue leur dixième album. Qu’ont donc à nous offrir ces vieux briscards du metal prog ?

La première impression donnée est que Fates Warning produit un metal plutôt soft. Certes, les guitares tabassent parfois bien comme il faut, mais l’impression générale tend vers le gros rock. La faute certainement à Ray Alder, dont le chant aérien n’est pas bien méchant. On sent donc toute l’influence du rock progressif des années 70. Les rythmes sont souvent déstructurés et la batterie n’hésite pas à nous mettre des syncopes bien senties. On démarre avec "One Thousand Fires" qui dure pas moins de sept minutes. Ce sera finalement assez rare. Si Fates Warning fait de la musique progressive, ce n’est pas forcément dans les structures ou la longueur des morceaux. Le tout est plutôt fluide et s’appréhende sans problème. Cet opener fait donc honneur à des structures plus complexes, ce qui n’est pas forcément désagréable. Certainement un des morceaux les plus intéressants de la galette. La suite est plus conventionnelle : "Firefly" et "Desire" s’appréhendent sans peine et définissent ce qui sera vraiment le style développé sur l'album. Mais déjà le malaise plane. La voix de Ray Alder ne colle pas forcément très bien à la musique développée. Clairement, c’est le défaut du groupe. La cohérence chant/musique ne fonctionne pas très bien. C’est surtout les lignes de chant qui ne sont pas très accrocheuses. Il faut dire que le mixage met bien la voix en avant, très aérienne. Et comme ses lignes sont rythmiquement monotones, elles ont tendance à casser la force des guitares, beaucoup plus véloces.
Cette impression est renforcée par les morceaux les plus calmes. Pour la parenthèse "Falling", Ray Alder est tout à l’inverse. Très dépouillé, en guitare/voix, ce morceau montre l’étendue du talent du chanteur. Le timbre est beau, les lignes de chant magnifiques… Et on comprend alors que le chanteur n’est peut-être pas bien utilisé dans le groupe. La même impression reviendra pour l’angoissant (et très réussi) "Lighthouse". Une impression mitigée donc sur le chant, qui ne doit pas masquer les qualités du groupe. "I am" possède une introduction toute en finesse jusqu’à l’explosion. Les guitares sont rapides et techniques, les plans se succèdent entre agressivité et passages plus calmes. Fates Warning développe un univers cohérent, à défaut d’être pleinement original. C’est clairement destiné à un public fan du genre. Il n’y a jamais réellement d’évidence dans les enchaînements, c’est ce qui fait la force de ce groupe. Et, bien que technique, les musiciens ne cherchent jamais à étaler leur talent, ce qui est fort appréciable. Alors bien sûr, certains trouveront l’ensemble un peu froid, mais c’est inhérent à ce genre de musique. Le groupe, en évitant de faire des morceaux à rallonge, ne va pas taper chez les grands élitistes du genre. Ainsi, les morceaux s’appréhendent sans peine, si ce n’est le dernier, "And Yet It Moves" et son petit quart d’heure qui demandera un peu d'investissement de la part de l'auditeur…


Clairement, le chant de Ray Alder m’a rebuté sur cet album. Non pas que le bonhomme ne se débrouille pas bien, mais je trouve que le lien chant/musique ne fonctionne pas toujours bien sur ce Darkness In A Different Light. Cependant, la musique vaut le coup et il y a de belles choses à découvrir sur cet album. Si vous aimez le metal progressif, l’écoute de cette galette pourrait se révéler fructueuse. A essayer.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5