17404

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 15/20

LINE UP

-Julien "Infestvvs" "Billy Bayou"
(tout)

Guests :

-Weddir
(chœurs)

-Emmanuel "Manuhoz" Aldeguer
(guitare sur "We Whose Glory Was Despised")

TRACKLIST

1) Lies Strangled Skies
2) World So Spurious
3) Rebels in Disguise
4) Thrall of Illusions
5) Sundown (The Flock That Welcomes)

6) Satanists Out of Cosmic Jail
7) Upheaval in Chaos Waters
8) We Whose Glory Was Despised

DISCOGRAPHIE


Glorior Belli - Sundown (The Flock That Welcomes)
(2016) - black metal - Label : Agonia Records



Avant-garde metal. Mouais. Si vous voulez tout savoir, présenter Glorior Belli comme de l’avant-garde c’est avant tout faire une campagne de désinformation fort malvenue car ce groupe, tenu tout seul par Billy Bayou (qui porte vraiment bien son nom de scène) joue surtout du black sudiste, mariage impromptu et inopiné de black metal et de rock sudiste avec tout ce que ça emporte avec lui (rock’n' roll, stoner et autres joyeuseries). Gators Rumble, Chaos Unfurs avait confirmé un état de fait indéniable : en marge du monde black metal, Glorior Belli taillait sa route dans le Bayou (tenez donc).

Ce Sundown semble ne pas déroger à l’assertion. Black metal et Bayou toute. Sauf que surprise. Mini peut-être. Surprise tout de même. Les premiers contacts montrent une piste inattendue, une direction que l’on pensait pour ainsi dire perdue dans l’encéphale de son géniteur : black metal. Oui, black metal. Glorior Belli avait laissé dans sa précédente livraison l’image d’un groupe pieusement sudiste, presque plus sudiste que black metalleux finalement. Les retrouvailles en deviennent croustillantes car le black metal a subitement refourbi ses armes. Attendez l’inattendu, peut-être est-ce ça le véritable mojo de l’avant-garde, alors oui, dans ce cas il ne serait pas inadéquat de placer Glorior Belli dans cette case. Honnêtement, en tant qu’humble être humain fait de chair et d’acier, j’imaginais la suite des aventures de plus en plus groovy, gorgées du soleil de la Louisiane et blindée à en crever de l’esprit rock sudiste.
Cette suite déferle par les blasts. Étonnamment nombreux, ils abreuvent les marécages poisseux qui servent de riffs à la tête pensante de la troupe. Les riffs eux-mêmes sonnent plus acérés, plus vicieux, pour tout dire, plus metal. Cependant la bête bouge encore beaucoup, le garage ne pointe jamais loin et insidieusement roule sa bosse jusqu’à nos tympans. La caractéristique principale et maîtresse des (du ?) Parisiens suinte fort heureusement très régulièrement. Un exemple s’il vous plaît ? "Rebels in Disguise". Quoi de plus sudiste que cet ode au riff plombé, à la gratte stoner et sa compagne de basse baignant dans l’huile ? Bien sûr Glorior Belli est toujours ce monstre rampant au groove facile. Pourtant. Pourtant. "Thrall of Illusions" (rien que le titre aurait pu atterrir sur un de leurs vieux albums) s’éclaire sur un riff lancinant et strident que n’aurait pu renier Deathspell Omega sur son Paracletus. Et enchaîne avec riff black et blast.
Le combat fait donc rage entre deux visions parfaitement capables de cohabiter : le feeling rock et la haine black metal. Ce combat doit inspirer à certains une vision avant-gardiste attribuable au groupe. Gardons-nous de jugement emphatique et donnons-lui simplement une personnalité marquée sachant mélanger avec brio ses aspirations (désormais) traditionnelles à une vision (du black metal) plus traditionnelle. Et ça marche de toute manière. On se fout bien des qualificatifs lorsqu’on termine le disque pour se vautrer dans le jugement. L’auditeur doit surtout retenir ceci de son voyage dans ces contrées proches des tropiques : il a passé un fort bon moment. Qu’il soit plus attaché à l’une ou l’autre des facettes de Glorior Belli, il ne fait aucun doute qu’il appréciera grandement ce qui se passe huit chansons durant. Réussite donc.


Regret pour ceux qui espéraient moins de black metal, joie intense pour le camp adverse, ce Sundow (The Flock That Welcomes) est avant tout une livraison de metal extrême de qualité, bourrée de personnalité, transpirant l’honnêteté et le travail. Nul doute qu’elle plaira à un vaste panel dans le paysage metallique, les seuls déçus seront finalement ceux qui espéraient la même chose qu’avant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4