18929

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2022
Sa note : 13/20

LINE UP

-Artiya’il
(chant)

-Mephisto
(guitare+basse+percussions)

-Ostron
(claviers)

TRACKLIST

1) Protector of the Herd
2) Worship the Degenerate
3) Guerillas
4) Sun of Liberation
5) Eclipse
6) Free Will

DISCOGRAPHIE


AlNamrood - Worship the Degenerate
(2022) - black metal très folk - Label : Shaytan Productions



Certaines choses changent, d’autres non. Derrière cette constatation d’une fulgurante richesse doublée d’une clairvoyance dont l’égal demeure à trouver, le pauvre chroniqueur cherche à expliquer ses positions. AlNamrood, mystérieuse entité saoudienne dont la quasi-clandestinité s’explique aisément eu égard à sa provenance géographique et aux thèmes abordés dans ses paroles, reste AlNamrood. Vous pouvez envoyer vos remerciements.

Le chant change. Voilà, vous savez tout. Pour le reste, retirez la dose de punk qui s’était violemment insérée dans Wala’at et vous saurez ce qu’est Worship the Degenerate. Un album de black metal oriental dont les rythmiques trahissent fortement son passif culturel. Les riffs sont arabisants au possible comme toujours et même le son porte le sceau immanquable du groupe. Impossible de confondre les ressortissants de la péninsule arabique avec un quelconque de leurs congénères du monde du metal. On peut leur reprocher aisément ce sur-place masqué par les évolutions évidentes du chant, bien moins vindicatif, voire corrosif, devenu somme toute classique dans son style cible. Et une durée ridicule proche de l’EP (vingt-cinq minutes), service minimum. Les orchestrations sont bien là et participent grandement à la notion d’orientalité consubstantielle de la troupe égarée du chemin de dieu.
Changer une formule qui a gagné n’étant pas à l’ordre du jour, il faut se concentrer sur les prédispositions naturelles du duo (trio ?) qui nous abreuve d’une nouvelle sortie à la hauteur de ses précédents méfaits. C’est tout ce qui va compter dans le cas qui nous occupe présentement. Car Mephisto a une vision toute personnelle de son art et la prolonge avec une aisance confondante. Si la horde infernale se reconnaît au premier riff, elle place justement dans un confort énorme le fan qui attend sa livraison nouvelle. Sachez-le donc bien fort : vous avez aimé la discographie passée des Saoudiens, vous aimerez ce disque. Le manque total de surprise est alors fort pertinemment compensé par une qualité des compositions à la désormais habituelle hauteur du groupe. Entité fermement établie dans son créneau, AlNamrood affirme et impose son point de vue. Vision exotique, totalement folk qui transporte l’auditeur vendu à sa cause.


Attendu, connu quasi à l’avance, Worship the Degenerate marque même un léger retour en arrière au niveau du chant, tout autant qu’il fait grincer des dents par sa très faible durée. Il enfonce également la porte ouverte d’une formation au firmament de ses capacités, sûre de son fait, qui avance en ligne droite. Bref, le type de sortie qui fait plaisir au fan mais n’en gagnera pas de nouveaux.





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6