19570

CHRONIQUE PAR ...

100
Merci foule fête
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juillet 2024
Sa note : 14/20

LINE UP

-Mario Klausner
(chant+basse)

-Werner Freinbichler
(guitare)

-Gerald "Gerry" Huber-Weiderbauer
(guitare)

-Mario Burku
(batterie)

TRACKLIST

1) Rebellion of the Insane
2) Human Monster Madness
3) Troops of Brutality
4) Damned to Fail
5) Trails of Broken Hope
6) Dead Man's World
7) The Beauty of Nothingness
8) Prisoner of Mind
9) Last Salvation
10) Deadbeat God
11) Desolate Land

DISCOGRAPHIE


Collapse 7 - Human Monster Madness



Collapse 7 avait trouvé la bonne formule sur Doomsday Odyssey, son troisième album paru au début des années 2010. Il faut croire que le death metal mélodique que les Autrichiens y délivraient a eu du mal à trouver preneur puisqu’il a fallu treize ans à ces derniers pour retrouver le chemin des studios, sans le soutien d'un label. Human Monster Madness, c’est le nom du LP n°4, a pourtant de quoi susciter l’attention.

Pour être exact, et honnête, le terme adéquat n’est pas « quoi » mais « qui » (même si l’expression « de qui susciter l’attention » n’existe pas, mais on ne va pas chipoter). Non qu’un musicien prestigieux se soit joint à la formation, sans vouloir faire injure au nouveau batteur, mais la lecture des crédits apprend que l’enregistrement a été masterisé par rien moins que Dan Swanö. Son implication dans la réalisation n’est pas surprenante artistiquement parlant, tant le propos de Collapse 7 s’inscrit dans la ligne tracée par Edge Of Sanity, le groupe qui a le plus contribué à la renommée du Scandinave, star 90 de l’underground. Le son aux relents vintage est donc à la fois ample et équilibré, profitant au marteleur de fûts qui lâche quelques accélérations confinant au blast, sur "Dead Man's World", "Prisoner of Mind" ou encore la chanson éponyme du recueil.
Malgré cet environnement sonore favorable, l’impression que le quatuor joue sur la retenue est tenace. Au lieu de la vélocité qui dominait jadis, c’est un tempo mesuré qui s’impose désormais. Les ex-Pathetic montent l’allure de temps à autre, mais de manière trop restrictive pour durablement dynamiser des titres sans attraits particuliers tels que "Troops of Brutality", "The Beauty of Nothingness", "Desolate Land" et "Last Salvation", ce dernier étant gratifié, une fois n’est pas coutume, d’un chant clair, à la façon du modèle suédois susmentionné. Le gosier de Mario Klausner est encore solide mais quelques inflexions trahissent une baisse de puissance alors même qu’il n’était pas le plus tonitruant du circuit. Elles participent d’une monotonie majoritaire, heureusement contrariée par quelques inspirations énergiques, sans surprise les plus rapides, à commencer par le flamenco inquiétant de "Rebellion of the Insane" en ouverture, les classiques mais efficaces "Damned to Fail" et "Deadbeat God" ainsi que le poignant "Trails of Broken Hope". L’alternance des riffs virulents et des séquences lumineuses, qui faisant le sel des meilleurs morceaux de la troupe, rappelle que celle-ci est encore capable de faire valoir sinon sa singularité, du moins un talent à faire fructifier.


Aussi inattendu qu’inespéré, le retour de Collapse 7 est plutôt réussi. Les retrouvailles se font en terrain connu, peut-être trop, les morceaux se révélant globalement d’une intensité moindre que ce que le gang viennois proposait lors de sa sortie précédente. Il y a de jolies choses à se mettre sous la dent, néanmoins, dans ce recueil de très bonne tenue.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6