100

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Mike Vennart
(chant+guitare)

-Steve Durose
(chant+claviers+guitare)

-Gambler
(guitare)

-Jon Ellis
(basse)

-Mark Herrin
(batterie)

TRACKLIST

1)one out of nONE
2)Paper Champion
3)Drag the 'Nal
4)Dead Dogs an All Sorts
5)As The Smoke Clears

DISCOGRAPHIE


Oceansize - Music For Nurses (EP)
(2004) - rock prog - Label : Beggars Banquet



Des nouvelles toutes fraîches d'Oceansize arrivent avec ce nouvel EP, Music For Nurses. Effloresce, leur premier album, avait marqué profondément les esprits en 2003, lorgnant sans vergogne vers le statut de groupe culte. Les cinq Anglais nous rassurent, sans aucun problème, avec un Music For Nurses augurant du meilleur pour le prochain album. La patte "Oceansize" est désormais reconnaissable entre mille. Dès "One Out Of nONE", les trois guitares donnent tout ce qu'elles ont au travers d'une compo aussi psychédélique que bordélique, au tempo électrique, au bord de la saturation sonore. Mais attention, ce morceau est un bordel tout à fait organisé.

Entrecroisant rythmiques tirant un peu trop sur le 220V, mélodie accrocheuse et un chant de la part de Vennart toujours aussi schizophrénique (comprenez par là qu'il alterne voix claire et voix hurlée sans crier gare), cette compo est LA compo heavy de l'EP. Le final est encore une fois ahurissant. Vont-ils forcer le trait sur un album complet? Vu l'amplitude que prennent les guitares dans la musique d'Oceansize, ça ne serait pas très étonnant. Mais le groupe sait jouer de ces ambiances particulières et croiser des plages plus lancinantes, jouant sur l'atmosphère (le spectre de Tool plane sur "Paper Champion") avec des rythmiques lourdes et plus heavy. Le contrebalancement est efficace, avec le diptyque "Drag The Nal"/"Dead Dogs An' All Sorts". Ces morceaux, très atmosphériques, les guitares toutes en retenue, contrastent avec les deux précédents morceaux et montrent le savoir-faire de ce groupe décidément surprenant, au cours d'un final encore une fois épique, qui en laissera plus d'un sur le carreau.

"As The Smoke Clears" voit Oceansize, et c'est là un fait tout nouveau, flirter avec des rythmiques beaucoup plus plombées, plus lentes, limite doom/core. Le morceau est un des plus progressifs du groupe, un des plus violents aussi, avec "Massive Bereavement" qui figurait sur Effloresce. Alternance de plans lourds et de moments quasi-solennels, le morceau se construit par couches successives jusqu'à l'éclatement de son noyau (vers trois minutes trente-cinq) où tout est remis en question: style, technique, ambiances. Etonnamment, un des meilleurs morceaux du groupe jusqu'à maintenant. Oceansize, avec cet EP sans aucune faute de goût, élargit son univers musical, qui était déjà très original et très audacieux. La question se pose alors: jusqu'où vont-ils aller lors du prochain album ? Vu la qualité de cet EP (frustrant, puisqu'il possède la carrure d'un LP) et son ambiance généralement plus sombre, il sera sans aucun doute hallucinant. La vérité est bien là: l'attente va être très longue.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3