1720

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 20 février 2008
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Peavy Wagner
(basse+chant)

-Victor Smolski
(guitare)

-Andre Hilgers
(batterie)

TRACKLIST

1)Carved in Stone
2)Drop Dead
3)Gentle Murders
4)Open My Grave
5)Life Without You
6)Long Hard Road
7)One Step Ahead
8)Lost in the Void
9)Mouth of Greed
10)Lord of the Flies

DISCOGRAPHIE


Rage - Carved in Stone
(2008) - heavy metal - Label : Nuclear Blast



Oui, Rage est allemand, et oui, Rage joue du heavy metal. Mais contrairement à ce que pourraient penser les mauvaises langues qui n'auraient jamais posé une oreille sur l'œuvre de Peavy and co, Rage ne s'est jamais contenté de recycler la même musique durant toute sa carrière à la manière d'un Grave Digger. Après une douzaine d'années passées à complexifier sa musique, Rage a senti le besoin de revenir à quelque chose de plus simple et direct. D'où une pochette proche de celle de The Missing Link ou Black in Mind.

En effet, loin du metal symphonique de XIII, du metal mélodique de Ghosts ou des tentatives plus complexes flirtant avec le metal prog' de Soundchaser et surtout Speak of the Dead, Carved in Stone se veut avant tout un retour aux sources. Excepté une production évidemment plus moderne et les soli alambiqués de Smolski très différents de ceux de Manni Schmitt en son temps, on retrouve le temps d'un album toute la fougue heavy et les refrains fédérateurs du début des années 90, à la grande époque des "Enough Is Enough" et autres "Firestorm". A vrai dire, seul le symphonique et grandiloquent "Lord of the Flies", judicieusement placé en toute fin d'album, vient faire le lien avec les productions récentes de Rage (avec l'intro de "Carved in Stone"). Car pour le reste, le programme est relativement simple : du heavy et rien que du heavy, mais toujours avec ce subtil mélange entre riffs bien aiguisés et refrains plus mélodiques.

Plus étonnant peut-être, l'étendue de l'implication de Victor Smolski dans ce choix d'orientation. En compagnie de Peavy, le guitariste virtuose co-signe en effet pas moins de 9 titres (seul "Mouth of Greed" étant l'œuvre de Wagner uniquement). On n'attendait pas vraiment cet adepte du style néoclassique dans une approche aussi épurée ! Le bonhomme s'est néanmoins lâché sur les soli, particulièrement techniques et complexes sur cet opus, à la limite de l'excès. En effet, ses interventions donnent parfois l'impression d'être juxtaposées sur les morceaux sans y être vraiment intégrées, comme sur "Lost in the Void". Mais bon, le moins que l'on puisse dire, c'est que les 2 compères (le 3ème larron Mike Terrana ayant été plus ou moins débarqué) savent y faire pour composer des torpilles heavy de premier ordre. Passées les premières écoutes forcément surprenantes, la puissance des titres ne tarde pas à faire son œuvre.

D'autant que même en évoluant dans un carcan bien balisé, Rage parvient à faire preuve d'une certaine variété. Tantôt solennel sur le refrain de "Carved in Stone", enjoué sur celui de "Drop Dead", plus mélodique sur celui de "Open my Grave", Rage exploite vraiment toutes les couleurs de la palette mise à sa disposition. Hormis les deux légers faux pas que sont "Gentle Murders" (pré-refrain à la lutte dans les aigus et refrain trop proche de celui de "One Step Ahead") et la power ballade empruntée "Without You", sur laquelle on ne reconnaît même pas la voix de Peavy en intro tant celle-ci se fait mièvre, tout tient très bien la route. Le nouveau venu Andre Hilgers semble déjà avoir trouvé ses marques, et le trio semble véritablement s'éclater lorsqu'il lâche les chevaux. C'est le cas sur le formidable enchaînement "Long Hard Road" / "One Step Ahead" / "Lost in the Void", qui marque le sommet de ce nouvel album en alignant les refrains de grande classe qui devraient faire un malheur en live.


En mixant le heavy metal de l'ère Missing Link avec une poignée de riffs sortis tout droit de Unity, Rage nous offre un nouvel album d'un niveau honorable. Voici une nouvelle preuve de la grande classe de ce groupe qui mériterait vraiment un succès un peu plus conséquent. De plus, pour quelques euros supplémentaires, Carved in Stone est accompagné d'un DVD du concert symphonique au Wacken 2007, qui avait tant impressionné votre serviteur sur le moment. Une raison de plus pour se jeter sur ce cru tout à fait correct, même si on attend un peu plus du groupe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3