2565

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Sharon Den Adel
(chant)

-Robert Westerholt
(guitare)

-Ruud Jolie
(guitare)

-Martijn Spierenburg
(claviers)

-Jeroen Van Veen
(basse)

-Stephen van Haestregt
(batterie)

TRACKLIST

1)The Howling
2)What Have You Done
3)Frozen
4)Our Solemn Hour
5)The Heart of Everything
6)Hand of Sorrow
7)The Cross
8)Final Destination
9)All I Need
10)The Truth Beneath the Rose
11)Forgiven

DISCOGRAPHIE


Within Temptation - The Heart Of Everything



Within Temptation continue doucement mais sûrement sa route. En nous proposant assez rapidement un quatrième album qui s’est beaucoup moins fait attendre que The Silent Force, les Hollandais s’assurent de barrer la route à Evanescence (qui vient de sortir son second album il y a quelques mois) qu’ils considèrent – même s’ils n’osent l’avouer qu’à moitié – comme leurs concurrents directs. Le groupe qui a accouché du séminal Enter (même si celui-ci ne mérite pas les louanges qu’on a pu lui faire, il posait quand même quelques bases de ce qu’est devenu le metal gothique aujourd’hui) est désormais mort et enterré.

Paradoxalement, plus Within Temptation s’écarte des sentiers originels, plus le groupe est capable d’écrire des morceaux diablement directs et entraînants et plus il sort du lot commun. En effet, même si The Silent Force accordait encore une grande part au côté sombre du groupe en délaissant quelque peu les guitares au profit d’ambiances mélancoliques, il faisait preuve d’une maturité d’écriture plus impressionnante que sur le surestimé Mother Earth. Pourtant, The Heart Of Everything, dans l’ensemble très accrocheur et d’une tonalité globalement plus positive que son aîné, enfonce un peu plus un gros clou sur une planche qui risque de rompre sous peu. Certes, les refrains sont étudiés à la gamme près ("Our Solemn Hour", "The Howling", "The Heart Of Everything"), certes les deux guitaristes jouent enfin – même si la production, méchamment rondelette et réussie, avantage les vocaux de Sharon Den Adel et les orchestrations, qui passent de l’exécrable au fabuleux, en défaveur de guitares que l’on aurait trop passées au polish.

Mais l’énergie immédiate des morceaux (dans l’ensemble plus rythmés que sur The Silent Force) et le côté épique qui ressort immédiatement à l’écoute ("Our Solemn Hour", un "Mother Earth" en puissance) sont autant de diversions bien étudiées pour masquer, au final, la vacuité générale du disque et son relatif manque de nouveauté franche. Ici, les Hollandais ont encore franchi un cap dans l’immédiateté des morceaux : "The Cross" est un parfait exemple de morceau niais et biaisé par des lignes de chant parfois risibles. Par conséquent, The Heart Of Everything possède toutes les caractéristiques d’un disque que l’on mord d’abord à pleines dents mais qui s’épuise ensuite très rapidement. On ne pourra blâmer l’envie du groupe de vendre des disques par palettes – après tout, c’est la finalité de tout groupe – mais plutôt le fait qu’il ne renouvelle pas son style. Within Temptation a préféré évoluer sur ce nouvel album plutôt que de changer par coudées franches et l’on peut ainsi voir, selon l’angle de vue, le verre à moitié vide ou à moitié plein.



Le seul élément qui ressort franchement de ce disque inégal et trop calculé, c’est Sharon Den Adel. En effet, personne ne pourra nier les prouesses vocales dont elle fait preuve sur The Heart Of Everything. Une voix unique en son genre, élégante et d’une sensualité rare (les lignes de chant de "Our Solemn Hour", à se damner) au service d’une musique dont je regrette qu’elle soit ce qu’elle est désormais. Il est indéniable que Within Temptation est, à l’heure actuelle, le meilleur groupe de rock/metal à chanteuse – mais pour ma part, en vieux routard du genre que je suis, je fais le deuil d’un groupe qui ne m’aura finalement pas apporté ce que j’espérais de lui, tandis que d’autres vont découvrir un disque agréable à l’oreille et assurément bien écrit. L’adage est bien connu: un de perdu, dix de retrouvés!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3