746

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Rob Halford
(Chant)

-Glenn Tipton
(Guitare)

-K.K Downing
(Guitare)

-Dave Holland
(Batterie)

-Ian Hill
(Basse)

TRACKLIST

1)The Hellion
2)Electric Eyes
3)Riding On The Wind
4)Bloodstone
5)(Take These) Chains
6)Pain And Pleasure
7)Screaming For Vengeance
8)You've Got Another Thing Comin'
9)Fever
10)Devil's Child
11)Prisoner of Your Eyes

DISCOGRAPHIE


Judas Priest - Screaming For Vengeance
(1982) - heavy metal - Label : Columbia



La discographie de Judas Priest est bien plus riche qu'elle ne le laisse transparaître à travers l'image réductrice d'éternels défendeurs du heavy metal. Régulièrement, Judas Priest a su bousculer les conventions d'un style dont il reste le parrain pour de nombreuses formations. Judas Priest incarne, quoiqu'on en dise, le heavy metal grandeur nature et représente une influence considérable pour les groupes de metal les plus mélodiques, contrairement à Black Sabbath qui a surtout influencé le côté sombre du metal. Avec Point Of Entry, Turbo ou Screaming For Vengeance, Judas Priest a prouvé qu'il n'était pas qu'un vulgaire groupe de heavy basique et redondant.

Point Of Entry était le dernier album du Priest à posséder une certaine idée du rock 'n' roll; désormais le groupe va se concentrer sur ce qu'il a de plus heavy. La production déjà est encore plus moderne, conforme à l'habitude de Judas Priest de s'adapter à son époque et de ne jamais garder le même son. Les guitares sont très travaillées et de nombreuses intros en son clair sont bluffantes par la profondeur et la beauté qu'elles dégagent, comme celles de "(Take These) Chains" ou "Fever". Dommage que ces deux titres soient les plus faibles de l'album; seuls leurs passages les plus calmes filent la chaire de poule. "Fever" et "(Take These) Chains" n'en restent pas moins de bons titres, dévoilant Judas Priest sous un visage très mélodique tout en demeurant heavy.

"(Take These) Chains" est le seul titre à ne pas avoir été écrit par le groupe et ça s'entend. Les riffs ne sont pas en acier trempé comme sur les classiques. Le plus "mauvais" titre est sans conteste "Pain And Pleasure", sorte de croisement entre heavy metal et hard rock américain avec un refrain joyeux et l'utilisation d'un max de reverb par Dave Holland donne un effet "hymne pour les stades" typique des années 80. La batterie a encore un son convenable ici, bien qu'elle ne soit pas aussi solide et brute que sur British Steel et Point Of Entry. Ce n'est que plus tard que Dave Holland sera desservi par un son à chier, à force de trop vouloir aller de son temps et sonner moderne.

Les titres les plus faibles sont aussi les plus complexes, ils permettent de varier l'album, même si cela le rend particulièrement difficile à assimiler. Le reste est par contre entré dans l'histoire et contient les plus grands classiques de Judas Priest, des hymnes pour plusieurs générations de metalleux et on ne s'en lasse pas. L'intro "The Hellion" suivie de l'indémodable "Electric Eye" symbolisent ce qu'est le heavy metal, couillu, carré tout en étant mélodique, juste ce qu'il faut pour ne pas sonner comme du heavy de seconde zone. "Riding On The Wind" est un autre putain de classique, régulièrement ponctué de fabuleux solos, courts et précis ce qui me laisse penser que la paire Tipton/Downing est la meilleure qui puisse exister pour les solos dans le heavy metal. Même Iron Maiden ne leur arrive pas à la cheville à ce niveau; certains solos de Dave Murray sont juste rapides mais ne vont nulle part. "Screaming For Vengeance" est le seul titre speed du disque, annonçant d'ores et déjà la couleur de l'album suivant, avec des riffs béton et un Rob Halford plus excité que jamais. Les mecs de Primal Fear se le repassent en boucle depuis des années en tout cas.


Screaming For Vengeance reste à ce jour le plus grand succès de Judas Priest, il avait à la fois bien marché aux Etats-Unis et en Europe. Son succès aux USA s'explique par la présence de morceaux comme "Pain And Pleasure" ou l'hymne "You've Got Another Thing Coming", du solide encore une fois mais avec un côté "stadium" qui a de toute évidence conquis un public américain, qui commençait tout juste à être avide de formations heavy comme Mötley Crue. "Devil's Child" et son riff "à la AC/DC" avait également tout pour plaire au marché américain, son refrain étant tout bonnement extraordinaire, à la fois fun et bourré d'émotions grâce aux vocalises aiguës de Rob Halford d'une puissance inégalée. Le mec qui parviendra à chanter aussi haut tout en demeurant puissant et en nous faisant autant vibrer que lui n'est pas encore né. On ne l'a pas surnommé le Metal God pour rien ! Screaming For Vengeance est considéré par les critiques comme l'album le plus abouti de Judas Priest dans les années 80, et s'il n'avait pas été pollué par quelques moments plus faiblards, il serait devenu le plus grand album de heavy metal de tous les temps.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6