18695

CHRONIQUE PAR ...

100
Merci foule fête
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 12/20

LINE UP

-Lars Säfsund
(chant+guitare+claviers)

-Robert Säll
(guitare+claviers)

-Herman Furin
(batterie)

Ont participé à l'enregistrement :

-Per Ola Christer Svensson
(chœurs sur 10)

-Erik Lewander
(guitare)

-Jonas Gröning
(claviers sur 3, 4 et 6)

-Henrik Linder
(basse sur 1)

-Andreas "Passmark" Olsson
(basse sur 2,3, 4, 7 et 9)

-Urban "Ubbe" Danielsson
(basse sur 5 et 8)

-Per Björling
(basse sur 6)

-Anders Rydholm
(basse sur 10)

-Jehad Hammad
(basse sur 11)

-Johan Franzon
(batterie sur 1 et 8)

-Peter Bylin
(percussions sur 6)

TRACKLIST

1) Time To Let Go
2) How Will I Know?
3) Shout Till You Wake Up
4) Can't Let Go
5) How Do You Sleep At Night?
6) Over The Line
7) The Machine
8) Hold On To Love
9) Natalie
10) The Turning Point
11) My Waking Dream
12) On the Edge of Time (japan bonus)

DISCOGRAPHIE

Artwork (2008)
In Progress (2011)
Framework (2014)
Exhibits (2019)

Work Of Art - Framework
(2014) - hard FM AOR - Label : Frontiers Records



Work of Art poursuit sa route du milieu en publiant Framework, troisième album succédant à une réalisation qui en a laissé quelques un(e)s sur leur faim en dépit d'un intitulé prometteur. Un virage deathcore étant assez peu probable de la part de cette formation estampillée 100% AOR, le questionnement porte moins sur son évolution stylistique que sur un retour aux bonnes dispositions entendues sur son essai inaugural. Il y a de quoi y croire.

Emmenée par le guitariste et claviériste Robert Säll, la troupe suédoise a pour habitude de dérouler son répertoire à une allure relativement soutenue – on est loin de certaines furias speed thrash, mais tout de même – et compte en ses rangs un chanteur d'exception, Lars Säfsung. Grâce à ses interventions ferventes, celui-ci est capable à lui seul de sauver de la mièvrerie une dédicace compassée – "Natalie" - et quelques rengaines sans grande saveur telles que "Hold On To Love" et "Can't Let Go" dont la mise en avant par le label invite à se poser des questions sur sa lucidité au moment de choisir un single susceptible de retenir l'attention. Une mission que n'est pas loin de remplir "Time To Let Go", ouverture enlevée que bonifie la mélancolie subtile du refrain serti de chœurs touffus. Le solo de gratte n'est pas mal non plus et pourtant, l'enthousiasme reste mesuré. La faute sans doute à une production trop formatée qui transporte son lot de tintinnabuleries et de claviers d'ornement qui tendent à dénerver les compositions, y compris les plus énergiques comme "How Will I Know?", "How Do You Sleep At Night?" - oui, les gars se posent des questions existentielles - ou encore "The Machine", dont la vigueur du motif initial façon Whitesnake 1987 et le solo nerveux auraient mérité d'être davantage distingués.
Alors oui, et heureusement, les refrains font très souvent mouche, au point de constituer le seul intérêt de certain morceaux - le mid tempo "Over The Line" ou le quelconque "The Turning Point". Et lorsque les chorus flanchent, Säfsung rattrape le coup sur les couplets, ceux de "Shout Till You Wake Up", notamment. En revanche, il ne peut empêcher "My Waking Dream" de basculer dans l'émollience - « I believe in Paradise », franchement... Une note finale pas très heureuse dont peuvent se consoler les fans japonais à qui est offert "On the Edge of Time", pas inoubliable mais plus dynamique que l'occurrence pré-citée – ça change des sempiternels bonus acoustiques.


Toujours aussi qualifiés dans l'art de trousser des ritournelles aguicheuses, les trois compères de Work of Art et leurs copains de studio ont tendance à appliquer un peu trop sagement des recettes éculées qui en amoindrissent l'impact. Émoussées par des tics de production typiques d'un AOR standardisé, les pistes manquent de caractère, en dépit d'une interprétation impossible à prendre en défaut et d'un Lars Säfsund impeccable derrière le micro. Le constat est frustrant et pourtant, il ne faudrait pas grand chose pour valoriser un matériau incontestablement de qualité. Patience...



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6