1692

CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
Cette chronique a été mise en ligne le 10 février 2008
Sa note : 6/20

LINE UP

-Michael Kiske
(chant)

-Michael Weikath
(guitare)

-Roland Grapow
(guitare)

-Markus Grosskopf
(basse)

-Ingo Schwichtenberg
(batterie)

TRACKLIST

1)First Time
2)When The Sinner
3)I Don't Wann Cry No More
4)Crazy Cat
5)Giants
6)Windmill
7)Revolution Now
8)In The Night
9)Music
10)Step Out Of Hell
11)I Believe
12)Longing

DISCOGRAPHIE


Helloween - Chameleon



Après la désillusion Pink Bubbles Go Ape, les citrouilles avaient fort à faire pour rattraper des fans qui commencaient irrémédiablement à s'éparpiller. C'est dans ce contexte que sort Chameleon, dont la pochette immonde ne rassure pas vraiment. De plus, aucun changement dans le line-up, et alors que Kai Hansen, avec son nouveau bébé Gamma Ray, avait déjà sorti deux efforts de qualité, on commence à se dire que l'esprit d'Helloween s'en est peut-être allé voir ailleurs.

À même line-up, on ne sera pas surpris de retrouver les mêmes noms aux crédits de cet album, à savoir Kiske, Grapow et Weikath, qui a décidé de sortir (légèrement) de sa torpeur. Alors plutôt que de prendre la setlist dans l'ordre qui nous est présenté, coupons-là en trois, vous vous doutez comment. Car au moment de passer devant le juge, il convient d'entendre les coupables séparément, afin d'avoir la version des faits de chacun. A l'actif du premier, on trouve « seulement » quatre titres. Quand on sait les dégats que l'homme a pu faire sur Pink Bubbles, il est justifié de penser que ce chiffre ressemble presque à une bonne nouvelle. Et effectivement, à l'écoute de ses compositions seulement, on se dira que ce groupe de pop n'est pas trop mauvais, assez varié même. Il y a même des guitares saturées des fois! Bon, pas trop non plus, faut pas abuser. L'homme nous gratifie quand même d'un titre de neuf minutes qui comporte un bon riff et une ambiance un peu orientale pas trop désagréable. Mais qu'est-ce que c'est long.

Deuxième coupable, c'est à Michael Weikath de passer à la barre. "First Time", en guise d'ouverture, est de plutôt bonne facture et ferait un bon single d'un groupe de Hard moyen, mais que ça manque de patate! Ne parlons pas de "Giants", molle et inintéressante du début à la fin. Et, très inspiré par son comparse homonyme, Weikath se décide même à faire dans la pop de base avec "Windmill", mais avec moins d'inspiration, ô joie. Pour rattraper ce bilan qui commence à être assez désastreux, "Revolution Now" vient apporter un certain groove pendant quelques minutes. Mais encore une fois, c'est long, très long et malheureusement pas tout le temps intéressant dans son intégralité, loin de là. Voilà, ce sera tout pour le fantôme de celui qui est l'auteur du titre "Keeper Of The Seven Keys". Ca fait mal, mais c'est la triste réalité.

Reste Roland Grapow, qui se taille aussi sa part du lion avec quatre compositions de son cru. Et autant sur Pink Bubbles l'homme tirait un peu son épingle du jeu, autant on a l'impression qu'il a été sommé de rentrer dans le rang pour Chameleon. Du coup, il verse lui aussi dans la pop douteuse, quoique dans le style, c'est de loin le plus inspiré des trois. "Music" sort un peu du lot avec une ambiance mélancolique assez bien torchée, mais encore une fois, le titre affiche 7 minutes, dont forcément quelques-unes d'ennui. Le reste, c'est du vraiment chiant avec "I Don't Wanna Cry No More", du un-peu-mieux-mais-pas-transcendant-loin-de-là avec "Crazy Cat" et "Step Out Of Hell", point. Bon bah ça y est, on a fait le tour de Chameleon. Reste à compter le nombre de bons titres. Voyons voir. 0+0=?. La tête à Toto, exactement. Et du côté plus de la balance? C'est bien chanté et la production est plutôt bonne. Voilà.


Helloween finit donc, avec Chameleon, de creuser sa pierre tombale, devant laquelle nombre de formations viendront se recueillir, et ce pendant plus d'une décennie maintenant. Deux membres n'y survivront pas, Michael Kiske au sens figuré, puisque celui-ci se verra remercié au profit d'un certain Andi Deris, et Ingo Schwichtenberg au sens propre, puisque celui-ci, souffrant de schizophrénie et de dépression, se suicidera quelques années plus tard, déjà remplacé par Uli Kusch...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1