19347

CHRONIQUE PAR ...

100
Merci foule fête
Cette chronique a été mise en ligne le 26 octobre 2023
Sa note : 17/20

LINE UP

-Kim McAuliffe
(chant+guitare)

-Bernadette Jean "Kelly" Johnson
(chant+guitare)

-Dinah "Enid" Williams
(chant+basse)

-Denise Dufort
(batterie)

TRACKLIST

1) C'mon Let's Go
2) The Hunter
3) (I'm Your) Victim
4) Kick It Down
5) Following the Crowd
6) Tush (ZZ Top cover)
7) Hit and Run
8) Watch Your Step
9) Back to Start
10) Yeah Right
11) Future Flash

DISCOGRAPHIE

Demolition (1980)
Hit and Run (1981)
Legacy (2008)
WTFortyfive? (2023)

Girlschool - Hit and Run
(1981) - heavy metal hard rock N.W.O.B.H.M. - Label : Bronze Records



Le succès (mérité) du premier album sorti en 1980 aidant, Girlschool, toujours sous le haut parrainage de Motörhead, passe la seconde dès l’année suivante. L’analogie énoncée à la phrase qui précède a beau être éculée, elle a un lien avec Hit and Run puisque celui-ci démarre sur le bruit d’une cylindrée en prise de vitesse, produit à la guitare et à l’ampli. Simple clin d’œil ou déclaration d’intention ? Il serait assez tentant de retenir la seconde hypothèse et y voir le signe d’un durcissement de ton de la part des hard rockeuses en cuir.

Les filles démarrent sur les chapeaux de roue (promis, c’est la dernière) avec "C'mon Let's Go", dragster qu’elles mènent à vive allure (désolé), déroulant couplets nerveux et crachant le refrain façon cri de ralliement. Le solo est un peu court mais la tension ne faiblit pas, y compris pendant le decrescendo final scandé par les frappes obstinées de Denise Dufort. Un quasi remake de "Demolition Boys", le titre qui ouvrait le LP inaugural, et tout aussi bon : voilà qui est prometteur. Le quatuor communique sa nervosité sur d’autres morceaux du même style, à la rapidité punk avec "(I'm Your) Victim", à la Motörhead sur "Kick It Down" et "Watch Your Step" – cette battue métronomique de la part de Dufort ! - ainsi que sur "Yeah Right", propulsé par un riff à la lourdeur agile, des couplets tendus et un refrain simple mais irrésistible – contrairement aux occurrences pré-citées. Hélas, alors qu’on croit au solo qui défouraille, surgit une voix aigrelette censée incarner une mère donnant des conseils rasoirs à sa gamine pressée de retrouver ses potes, avant un solo à l’économie et la répétition du refrain jusqu’à un stop abrupt (pour une fois). « Wasted », comme dirait Joe Elliot de Def Leppard.
Les tempos plus mesurés ne sont pas pour autant synonymes de baisses d’intensité – à l’exception de "Back to Start", basse caoutchouteuse en avant, nonchalant mais pas déplaisant. Les quatre teignes insufflent une dose de gnaque réjouissante au "Tush" de ZZ Top et développent un groove heavy sur "The Hunter" qui bénéficie d’un excellent solo, à l’instar de "Following the Crowd" doté en sus d’un refrain mélancolique plus soigné que la moyenne, tandis qu’Enid Williams fait des onctuosités avec sa quatre-cordes. Le chant se fait sensible, voire aguicheur, comme sur la chanson-titre, petite beauté clairement orientée pour les radios – chœurs maousses sur le refrain, solo concis – et joyeusement entêtante. Les couplets seront réutilisés quasi à l’identique sur l’étrange final "Future Flash" et ses paroles passées à l’envers, dont la lourdeur initiale aurait mérité un développement plus recherché. Mais là encore, l’énergie est présente, grâce aux guitares incisives de Kim McAuliffe et Kelly Johnson, dopées par le son - concocté par Vic Maile, déjà à l’œuvre sur le premier LP - à la fois chaud, lourd et tranchant.


Avec Hit and Run, l’École des Filles confirme toutes les belles dispositions étalées sur son recueil inaugural et le don de ses membres pour les compositions vives et entraînantes. Les refrains manquent parfois un peu d’éclat mais le dynamisme est quasiment constant et les mélodies sont délectables. Alors que tant de groupes marqués NWOBHM ont eu du mal à confirmer sur leur deuxième essai longue durée (quand il y en a eu un), les Londoniennes ont négocié le cap avec brio. Bien joué, Mesdames.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2