2874

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 01 juin 2021
Sa note : 15.5/20

LINE UP

- Hoest
(chant+guitare+basse+batterie)


TRACKLIST

1)Atternatt
2)Umenneske
3)Lukt til Helvete
4)Doedsjarl
5)Motpol
6)September omsider
7)Velg bort Livet

DISCOGRAPHIE

Nattestid... (1999)
... Bjoergvin... (2002)
... Doedskvad (2005)
Taake (2008)
Noregs Vaapen (2011)

Taake - Taake




Scande, scande. Oui scande Hoest. Tiens, tu nous introduis dans ton monde. Est-ce une méprise ? Non évidemment ! Seul Taake fait du Taake ! Et voici que cet album éponyme, s’ouvre en ne laissant que la certitude s’insinuer dans nos cerveaux. Le souffle froid et majestueux de la Norvège souveraine sur le monde du black metal. Oui, Taake – Taake est bien l’œuvre du groupe, aucun doute. Point de tictac foireux, la bombe n’est pas à retardement.


Comme viennent ensuite les guitares et le premier « uh !! » de l’album, la certitude s’épaissit. Voici du Taake pur jus sur lequel le label rouge a été marqué au sceau de fer (rouge cela va de soi). Mais ? Oui, l’auditeur arrivé à la fin de cette première minute se dit fort logiquement : « La marque de fabrique est là, mais l’inspiration ? ». Car c’est une question tout à fait légitime qui a lieu d’être à l’écoute de ce 4e opus des norvégiens. Le groupe ne sombre-t-il pas dans la routine ? Car si les 3 premiers albums (formant une trilogie d’ailleurs) avaient été des modèles du genre chacun ayant son style à lui, mais définissant dans leur globalité la patte Taake, est-ce que celui-ci a son mot à dire comme ses glorieux anciens ?

Le fan honnête devra reconnaître que non. Hoest a forgé son sillon à grand coup de scarification et semble s’y complaire maintenant. Soit. Malheureusement pour ses détracteurs, il est passablement superbement inspiré une fois encore. Car il ne faut pas s’y tromper, si cet album ne souffle pas d’un vent frais comme les précédents, il est gorgé de bonnes idées et la qualité des compositions n’est aucunement à remettre en cause. La personnalité si forte de la troupe est toujours là pour notre plus grand plaisir et les chansons comportent leur lot de riffs proprement excellents. Des petites inventions également ou de bonnes trouvailles selon l’humeur du moment comme cette fin en solo exquis pour "Motpol" et cette association guitare/basse au son pour le moins étrange sur "Umenneske".

Bref, preuve est faite que Taake a le feu sacré en lui. Toujours. Certes preuve auparavant a été faite qu’il est désormais un « vieux » groupe. Et oui, ces choses-là arrivent. Il serait toutefois bien stupide de bouder son plaisir pour si peu car cet album auto-nommé flotte toujours comme un fier bateau pirate au-dessus de l’océan black metal. Il se voit, et de loin. Son atmosphère est toujours aussi oppressante et froide, peut-être moins que sur le précédent (meilleur enregistrement ?) et les mélodies taakiennes viendront vous hanter longtemps. Oui, ces mélodies si caractéristiques du groupe, en plein milieu du tourbillon true black norvégien sont bien là. Tout comme les multiples variations de rythme du groupe qui se permet de passer du blast au quasi poum tchac en un temps.


Bref, un album encore une fois fort bon à bien des égards. Le plus gros reproche à lui formuler est cette impression de « faire du Taake ». Cela ne devrait pas gêner les fans du groupe et ne devrait pas gêner les fans de bon black metal cru. Le niveau des compositions est élevé, l’exécution enlevée, donc bravo pour cette fois encore.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7