CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
le 17 mai 2023




SETLIST

Cannibal Corpse :

Scourge of Iron
The Time to Kill Is Now
Inhumane Harvest
Code of the Slashers
Fucked With a Knife
The Wretched Spawn
Gutted
Kill or Become
I Cum Blood
Evisceration Plague
Death Walking Terror
Condemnation Contagion
Necrogenic Resurrection
Unleashing the Bloodthirsty
Devoured by Vermin
A Skull Full of Maggots

Rappel :
Stripped, Raped and Strangled
Hammer Smashed Face

Dark Funeral :

We Are the Apocalypse
The Arrival of Satan's Empire
My Funeral
The Secrets of the Black Arts
When I’m Gone
Nail Them to the Cross
Unchain My Soul
Let the Devil In
Where Shadows Forever Reign

Ingested :

Rebirth
No Half Measures
Shadows in Time
I, Despoiler
Impending Dominance
Invidious
Echoes of Hate

Stormruler :

Reign of the Winged Duke
Sacred Rites & Black Magick
In the Shaded Vlasian Forest
Upon Frozen Shores
Internal Fulmination of the Grand Deceivers

AFFILIÉ

Dark Funeral
Lyon - Ninkasi Kao
(12 mars 2006)

Cannibal Corpse
Wacken
(31 octobre 2007)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2015)
Tournée
(27 octobre 2014)
Clisson - Hellfest
(22 juin 2007)
Paris - Bataclan
(04 février 2013)

16 avril 2023 - Lille - Splendid


Dark_Funeral_-_Cannibal_Corpse_-_Ingested_-_Stormruler_Lille_-_Splendid_20230416

Immanquable. À l’annonce de la venue de Cannibal Corpse dans la capitale nordiste, c’est le sentiment qui a prédominé chez de nombreux amateurs de metal extrême. En effet, après plus de trente ans de carrière au compteur, les amateurs de tripes ont su se forger une excellente réputation quant à leurs prestations scéniques.

Rendez-vous est donc pris pour le 16 avril. Le Splendid aura le plaisir d’accueillir les fans du groupe, qui ne pouvaient manquer ce concert. D’autant que les États-Uniens sont accompagnés pour cette tournée européenne par l'un des grands noms du black metal, Dark Funeral. En cette fin d’après-midi ensoleillée, plusieurs centaines de personnes ont donc décidé de s’enfermer dans l’antre lilloise pour une bonne dose de violence. Les hostilités débutent avec STORMRULER, que je ne connaissais que de nom. Le groupe, originaire de St Louis, propose un black mélodique enlevé, qui lorgne quelque peu vers la Suède des années quatre-vingt-dix et notamment Dissection. Sans originalité, la prestation du duo, ici accompagné par deux membres session, est de bonne facture. L’aspect mélodique est bien mis en avant, sans pour autant atténuer la virulence du propos. En seulement cinq titres, la formation est parvenue à convaincre. Une bonne entrée en matière. Changement radical de style. De black mélodique il n’est plus ici question.
Place au gros deathcore qui tâche. INGESTED, l’un des pontes du genre, entend bien prouver que sa réputation n’est pas galvaudée. Disons-le sans ambages, je n’aime pas ce que proposent les Britanniques. Il me faut cependant leur reconnaitre une facilité à proposer des riffs puissants qui feront bouger les premiers rangs. Jason Evans harangue la foule en lui intimant de se déchainer, au rythme des nombreux breakdowns, venant casser des riffs plus enlevés. Le show est donc efficace et aura plu.
Changement de plateau et retour au black metal, avec l’arrivée de DARK FUNERAL. Que dire ? Du black puissant et mélodique de ses débuts au black plus convenu ensuite, les Suédois ne m’ont jamais réellement embarqué dans leur univers. J’ai toujours préféré Dissection ou Marduk. Une fois de plus, je dois me résigner. La prestation est de qualité, mais je reste peu enclin à l'émerveillement. Le show est maitrisé, les maquillages et costumes travaillés. Il manque cependant un je–ne-sais-quoi qui me laisse simple spectateur. Le plaisir ne se commandant pas, il me faut écouter sagement les morceaux qui défilent, sans que jamais je ne succombe. Pourtant, nombre de personnes semblent ébahies devant Heljarmadr et ses consorts. Pas plus que lors de l’été dernier à l’Alcatraz, je n’aurai la révélation ce soir.
La soirée est déjà bien avancée, quand débarque le groupe qui a fait se déplacer autant de monde. Le Splendid est en effet plein à craquer. La température va encore grimper de quelques degrés lorsque le backdrop immense est déployé. Les premiers riffs de "Scourge of Iron" résonnent et la lourdeur de ce morceau impressionnera. Par chance, CANNIBAL CORPSE a décidé de modifier, quelque peu, sa setlist, par rapport à celle présentée cet été dans les festivals européens. Ils ont eu la bonne idée d’enchainer avec "The Time To Kill Is Now", ne laissant pas trop de tempi écrasants anesthésier l’auditoire. Au contraire, c’est une formation qui semble en très grande forme, malgré les nombreuses dates qui se sont enchainées, qui atomisera à grands coup de riffs massues un public ravi de se faire molester de la sorte. Alors oui, rien d’original pour qui a déjà croisé la route des bouchers états-uniens. Corpsegrinder raconte toujours les mêmes blagues, fait toujours tourner sa tête avec une rapidité effarante. Et pourtant... ça fonctionne. Allez savoir pourquoi, ce soir, ils emmèneront tout le monde avec eux. J’avais été déçu de leur prestation à l’Alcatraz. Moins puissant, moins virulent, ce concert avait engendré quelques regrets. Ou était-ce la fatigue accumulée par trois jours de fest ? Quoi qu’il en soit, ce soir, je m’éclate avec des centaines d’autres, à l’écoute des dix-huit titres joués. Des classiques à la pelle, agrémentés de quelques morceaux issus de leur dernier album, dont le très bon "Inhumane Harvest". L’enchainement "Devoured by Vermin", "A Skull Full of Maggots", "Stripped, Raped and Strangled" et bien entendu "Hammer Smashed Face" finit par écraser les plus vaillants présents ce soir.


Une belle affiche, un Splendid plein. Que demander de mieux pour clore un agréable dimanche printanier ? Cannibal Corpse a encore une fois prouvé que malgré les années, il pouvait encore impressionner. Simplicité, efficacité au service d’une violence maitrisée. Quel plaisir de voir de si grands artistes encore à ce niveau d’excellence. Merci aux organisateurs d’avoir pu faire profiter le Nord de cette tournée de qualité !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5