19112

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 17 décembre 2022
Sa note : 16/20

LINE UP

Vous êtes prêts ? C'est parti !

Bloc 1

-Gábor Dudás
(chant)

-Zoltán Vigh
(guitare)

-Antal Mór Szűcs
(guitare)

-Rajmund Katona
(basse)

-József Kun
(batterie)

Bloc 2

-Lambert Lédeczy
(chant)

-Gyula Vasvári
(chant)

-Gábor Vári
(guitare)

-Zoltán Kónya
(guitare)

-Tamás Kátai
(basse)

-Árpád Szenti
(batterie)

Bloc 3

-Martina Veronika Horváth
(chant)

-Ivett Dudás
(chant)

-Ádám Forczek
(chant)

-Dániel Szabó
(guitare)

-Botond Fogl
(guitare)

-Michaela Bos
(violoncelle)

-Márk Potkovácz
(batterie)


Bloc 4

-András Nagy
(chant)

-Bálint Bokodi
(chant)

-Krisztián Varga
(guitare)

-Péter Erdélyi
(guitare)

-Gergely Cseh
(basse)

-Tadeusz Rieckmann
(batterie)

Bloc  5

-András Vörös
(chant)

-Bálint Bokodi
(chant)

-Gábor Dudás
(chant)

-Krisztián Varga
(guitare)

-Péter Erdélyi
(guitare)

-Dániel Szabó
(guitare)

-Rajmund Katona
(basse)

-József Kun
(batterie)

TRACKLIST

1) Esolámpás
2) Kel keleti szél
3) Köd utánam
4) Szamojéd freskó
5) Jura
6) Mezolit
7) Embersólyom
8) A bolyongás ideje
9) Sirály
10) Kék ingem lobogó
11) Trilobita
12) Fekete mezők
13) Piros-sárga
14) Szarvas
15) Fehérvasárnap

DISCOGRAPHIE

Róka Hasa Rádió (2009)
Rengeteg (2011)
Sgùrr (2015)
Meta (2016)
Geometria (2018)
Naiv (2020)
Vadak (2021)
Mezolit (live) (2022)
Alföld (2023)

Thy Catafalque - Mezolit (live)



-Ah moi j’y étais ! Leur tout premier concert ! C’était incroyable !
-Boarf… Je suis sûr qu’ils ont même pas joué des titres de Róka
-Ah si ! Ils en ont joué deux !
-Ouais mais pas "Szervetlen"…
-Non…
-Ah tu vois ? Nan mais de toute façon, Thy Catafalque, c’est un univers trop complexe pour la scène… C’est un truc de false, ton histoire ! « Ah moi j’y étais ! Leur tout premier concert ! Gna gna gna gna gna ! ». C’est ça, fais le malin ! Pauvre type !

Tamás Kátai a longtemps cru que Thy Catafalque n’était pas taillé pour le live. Alors que j’ai toujours fantasmé de voir comment on pourrait déployer un tel monde musical sur scène… Donc forcément, les petits malins qui vous narguent… Figurez-vous qu’en août 2021, Tamás a franchi le pas. Il a réuni vingt-six musiciens -Vingt. Six. Musiciens !- à Budapest pour donner, et enregistrer, le premier show live du projet magyar. Ceux qui ont la chance d’avoir assisté à cet évènement s’en rappelleront forcément toute leur vie. Que se passe-t-il si vous faites partie des pauvres malheureux qui n’étaient pas au Fejkete Zaj festival ce jour-là ? Ou qui y étaient mais ont préféré voir In Flames ou Guns N' Roses ? Mezolit pourra-t-il les consoler ? Ma réponse : non. Mais quand même un peu. Voire beaucoup. Si la magie du live (cliché) ne saurait être complètement restituée, l’album qui retranscrit le concert est quand même sacrément bon ! Comme on peut s’y attendre, Tamás a choisi une sélection des titres compatibles avec la notion de concert. Exit donc les grosses pièces épiques. Cela nuit-il à la qualité du live ? Non, au contraire.
Si Mezolit peut donner une image faussée de Thy Catafalque à un néophyte, le choix des titres les plus percutants confère à l’album un dynamisme que l’introduction des chansons de plus de dix minutes aurait sans doute desservi. Le seul long morceau s’avère être un "Fekete mezők" au chant plus
« harsh » que sur Rengeteg. Ce dernier album se taille d’ailleurs la part du lion puisque quatre des quinze titres enregistrés sont issus du cinquième opus de Thy Catafalque. Fort logiquement, les trois premiers albums ont été écartés, le groupe couvrant, en revanche, intégralement la période Róka Hasa Rádió-Vadak, même si Jura et Geometria sont réduits à la portion congrue. Il faut bien faire des choix… L’ensemble sonne, en tout cas, très homogène et il se dégage de Mezolit une sensation agréable et fluide. Sombre également, mais pas trop. Tous les guests apportent leur grain de sel et je suis frappé par la cohérence et la virtuosité de l’ensemble. Si la section rythmique apporte son lot de riff casse-nuques, c’est quand même la musicalité tarabiscotée mais juste qui frappe. À tel point qu’il est extrêmement compliqué de dégager un temps fort ou un moment faible. D’une manière tout à fait personnelle, je dois dire que les titres de Rengeteg et Naiv, les deux albums que j’aime le moins de la discographie du groupe, s’intègrent parfaitement à cet ensemble festif, et, qu’au contraire, c’est peut-être le titre éponyme qui jure le plus, de par son côté très doom, en contraste avec le reste des titres. C’est juste un petit reproche, il ne gâche en rien le plaisir de se laisser entraîner par ce mélange toujours détonnant de mélodies naïves et de sonorités plus brutes, de guitares, violoncelles, arrangements et chants divers et variés. Un régal.

Mezolit célèbre la naissance du live à la mode Thy Catafalque, à savoir, énergique, fluide et savoureux. La magie du premier concert a pu en grande partie être restituée sur cet album. Si ce dernier donne un vision partielle de l’œuvre de Tamás Kátai, il permet au fan de metal « avant-garde » de passer un excellent moment et au profan(e) de tenter une première immersion réussie dans ce monde étrange. Bien vu, Tamás !





©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Latex Dresses for Prom,Latex catsuits in the goth subculture latex clothes The potential dangers of overheating and dehydration while wearing latex catsuits,The ethics of wearing and producing latex clothing sexy latex clothing
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1