156

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Nocturno Culto
(chant + guitare)

-Fenriz
(batterie)

-Zephyrous
(guitare)

-Dag Nilsen
(basse)

TRACKLIST

1)Kathaarian Life Code
2)In The Shadow Of The Horns
3)Paragon Belial
4)Where Cold Winds Blow
5)A Blaze In The Northern Sky
6)The Pagan Winter

DISCOGRAPHIE


Darkthrone - A Blaze In The Northern Sky
(1992) - black metal - Label : Peaceville Records



Un disque qui a marqué l’Histoire du black metal, tout simplement. En effet à l’époque, le black est un genre moribond et en (déjà) déclin. Mais Dark Throne va venir créer la sensation avec un album qui restera à jamais comme une référence. En plus, cet album marque le changement d’une époque pour Dark Throne lui-même puisqu’il s’agit là de son premier album de pur black metal, après un premier effort très death suédois plutôt technique.

Et c’est vrai que ça fait un choc de passer de Soulside Journey (leur 1er album et donc de death) à cette galette. Car tout change. Pour vous dire, Peaceville, distributeur alors de Dark Throne, quand il a reçu la maquette a cru qu’il s’agissait d’un canular. Mais non, car comme il le crie dans un de ses titres, Dark Throne « loves the black metal ». D’où ce changement soudain et inattendu. Et le pire dans tout ça, c'est que non seulement ils vont écrire une page de l’Histoire du black metal, mais en plus ils vont pondre un album indispensable. Exit la complexité du death, désormais on entre de plein pied dans la musique pour gros tâcherons. 2-3 accords par chansons et des riffs d’une simplicité noire. Car Dark Throne fait exprès de jouer une musique si peu technique, c’est sa vision du black metal. Et Dark Throne influencera énormément de groupes. Même les vrais nullos du manche …

Enfin, tout ça pour dire que si la technique est plutôt minable, la musique elle, ne l’est point du tout. Car ce n’est pas un album de légende pour rien. Et puis c’est un album de Dark Throne, qui n’a jamais su faire un album de merde. Première remarque, le son est horrible. La marque de fabrique Dark Throne, et de tout le « true » black metal par la suite, est bien là, un enregistrement d’une qualité discutable nous dirons. Et le pire c’est qu’ils font exprès ! Car rendez-vous compte qu’ils étaient dans un vrai bon studio, mais qu’ils ont travaillé des heures durant pour avoir le son le plus pourri possible … des vrais bons ces gars-là. Et ensuite, le plus important, le satanisme suinte de toute part de l’album. Chaque riff est un monument de crade, chaque chanson un hymne aux ténèbres. Et puis derrière les fûts il y a le phénoménal Fenriz, à la guitare le très mystérieux Zephyrous (qui quittera le groupe en 1995 pour des raisons encore mystérieuses aujourd’hui) et à la basse et au chant le maléfique Nocturno Culto. Avec une telle brochette de surdoués du black metal, la musique ne pouvait qu’être ultime.

Etonnamment, c’est sur cet album que Dark Throne a fait ses seules intro et outro que je lui connaisse (si je me plante pas). Mais bon, détail négligeable devant la monstruosité des riffs, les accélérations dévastatrices de la batterie enrobées de non moins écrasants ralentissements de tempo. Et puis il y a cette voix (de la nuit), comme ils le disent, de Mr Nocturno Culto … terrifiante. Toute la musique est répugnante mais plus que délectable pour tout amateur de black metal. D’ailleurs, au même titre que leur Under a Funeral Moon et leur Transylvanian Hunger, ceci est un album indispensable à toute CDthèque black metal qui soit.


Enfin n’empêche, une horreur sans nom qu’aucun groupe n’est capable d’égaler. Ceci est Dark Throne. Dark Throne EST le black metal. Les postulats sont rares dans la musique, mais celui-ci est valable. Le black metal a trouvé son maître en 1992 en la personne de Dark Throne. Vraiment un gros coup de pied musical dans le cul et un chef-d’œuvre quasi ultime du genre. Rares sont les groupes qui peuvent de targuer de représenter à ce point un style de musique. Monumental et obligatoire.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3